lundi 30 janvier 2023

Quand un « mur » » sur Facebook devient mur de WC ! »

-

 

 

 

 

Mohamed Boudari

 

  Nombreux sont nos concitoyens qui s’expriment et donnent leur  avis sur moult sujets et crient, la plus part du temps, haut et fort leurs opinions politiques farouches là et çà, grâce aux réseaux sociaux sur le web notamment le fabuleux Facebook…

 

  Tout cela est légitime et entre dans le cadre du droit et la liberté de s’exprimer, qui sont d’ailleurs garantis par les traités et conventions internationaux et autres constitution et code nationaux en la matière.

 

  Seulement voilà, et sous couvert d’anonymat et des espaces de liberté à outrance, qu’offre la firme «Mark Zuckerberg et associés», des gens n’ont aucun scrupule à jeter le blasphème et le discrédit sur tout ce qui bouge !

 

  Plantés devant leur ordinateur ou autres joyaux de la technologie informatique, ils tirent sur tous ce qui bouge et ne ménagent aucun effort ni termes appartenant à un registre de langue où abondent insultes, railleries, moqueries, dérisions, sarcasmes, diffamations, risées …et ironies.

 

  Tous ces tires à boulets rouges n’ont d’objectif que de déstabiliser, décrédibiliser et discréditer l’autres qui est considéré comme ennemi cible de toutes les attaques virtuelles, tant l’occasion de le faire réellement est impossible !

 

  Dans les pays de tradition démocratique les gens ont l’habitude de s’exprimer et de défendre leurs idées sans avoir recours à la force ni besoin d’utiliser un registre de langue grotesque pour intimider son ‘’ennemi’’, que l’on appelle d’ailleurs chez eux adversaire parce qu’il existe une immense différence entre ennemi et adversaire, ce dernier étant respecté dans le cadre d’une légitimité, civile, l’ennemi étant celui que je peux, ou encore plus, que je dois militairement éliminer !

 

  Chez les linguistes et spécialistes de l’étymologie de la langue française, Ennemi ne vient que du latin «inimicus», c’est-à-dire la négation de l’ami (amicus).

 

  Pour eux, Facebook n’est pas un réseau virtuel, mais une extension de la vie réelle, c’est pourquoi ils l’exploitent et l’utilisent à bon escient.

 

  Chez nous, c’est l’inverse, les Facebookiens ne dédaignent pas avoir recours à la force – d’une plume au vitriol – pour défendre leurs idées, la plus part du temps bidons et sans intérêt aucun, et sont prêts à clouer au pilori ceux qui oseraient user de leur liberté pour critiquer ces attitudes mesquines.

 

  Nombreux sont ceux qui, faute d’espaces publics pour s’exprimer librement, ont recours aux réseaux sociaux pour compenser cette carence de liberté et pouvoir ainsi évacuer toutes les tensions, agressions, inquiétudes, préoccupations, déceptions, frustrations et autres complexes psy. qu’ils ont accumulé durant leur vie, sans se soucier  des libertés et droits des autres personnes qu’ils attaquent vilement, d’autant plus que la technologie permet de créer des comptes, comme sur les forums, avec des avatars, des pseudos et l’usurpation d’identité.. et qu’il est tout-à-fait possible de se créer plusieurs profils, avec moult pseudos.

 

  Au moment où facebook est exploité comme un véritable outil de communication et une arme médiatique au service des sociétés occidentales, au point de devenir un prolongement réel des espaces publics, des personnes de chez nous sont en train de le transformer en une sorte d’espace rappelant les murs et portes des WC dont nous nous servions à une certaine époque révolue, qualifiée d’ «âge de pierre informatique», lorsque le militantisme et la lutte pour la liberté d’expression sont synonymes de Derb Moulay cherif, Ain Kadous Tazmamart, Agdez, Sidi Said, Laalou.. et autres lieux d’incarcération et de détention arbitraire, qui ont défrayé la chronique à cette époque qualifiée des «années de plomb»..

 

  Alors Messieurs les fourbes et hypocrites des «murs», un peu de crédibilité SVP et songez aux résultats découlant de pareilles pratiques dans les pays dit du «printemps Arabe», et non pas démocratique, puisqu’il n’a abouti qu’au règne des islamistes (et non pas musulmans) et autres intégristes fanatiques qui s’étaient préparés à «la Qawma» avant, par l’organisation de leurs rangs avant de sauter sur l’occasion…nous somme pas  prêt à suivre ces mauvais exemples… alors, prière et comme dit l’adage bien connu chez nous: «LLi Ka Tachta7 Ma Katkhabbich Wjah ha», ou bien encore et cette fois-ci en Amazigh «Tnna Day Chd77en Ur Da Tddal Udem Nnes», ce qui veut tout simplement dire et en langage décodé: ayez le courage de décliner votre identité et défendez vos idées et vos points de vue avec courage!

À bon faceboukien salut !

- Advertisment -