lundi 30 janvier 2023

La langue Amazigh : ce n’est pas un superflue svp !

-

 

La langue Amazigh : ce n’est pas un superflue svp !

 

 

Mohamed Boudari

 

 

  Outre son rôle comme outil de communication, la langue est une confirmation identitaire de chaque communauté. Elle permet de formuler la pensée et d’exprimer la vision du monde d’un peuple.

 

  De nombreuses guerres et tensions sont nées, par le passé, de conflits linguistiques, et les langues ne cessent de nourrir débats et passions de nos jours. Malheureusement le problème ne semble pas avoir été réglé autour des langues et le  statut à leur conférer dans la constitution, l’administration, les medias, l’enseignement et l’espace public..

 

  Le cas du Maroc est édifiant à plus d’un titre et il fallait attendre nos amis ukrainiens qui en sont venus aux mains au Parlement pour se rendre compte du danger que pourraient représenter le dénigrement et l’ostracisme dont la langue Amazigh fait l’objet au sein de notre hémicycle.

 

  En effet, les camps de l’opposition et du pouvoir en sont venus aux mains au Parlement ukrainien où une loi sur l’utilisation de la langue russe devait être votée. Chose qui, heureusement pour nous, ne s’est pas passée au moment de l’intervention de Tabaamrant en langue Amazigh, interpellant le ministre de l’éducation, lors de la séance parlementaire, du 30 Avril 2012, réservée aux questions orales.

 

  Le statut de langue officielle conféré à la langue Aamazigh par la nouvelle constitution ne doit pas être méconnu, aussi bien par les citoyens que par leurs représentants qui, de surcroît,  sont sensés connaitre la loi étant donné leur appartenance à un pouvoir dont la mission principale est de légiférer.

 

  On ne peut pas dissocier une langue de sa culture et du contexte de la société dans laquelle elle existe. La langue fait la société, et vis versa, la structure de notre pensée est liée à notre langue maternelle. Il s’agit également d’un marqueur d’identité.. et si jamais on y touche c’est toute la société et le peuple qui sont touchés. les réactions ne tardent pas à se manifester quitte à en venir aux mains, comme l’ont fait nos amis Ukrainiens..  « llah i7fed wi 7dder ssalama !» comme on dit chez nous!

- Advertisment -