samedi 26 novembre 2022

Vers une afghanisation des montagnes de l’Atlas

-

 

 

 

Mohamed Boudari

 

  La localité de Ain Leuh serait-elle en passe d’écharper aux règles et lois régissant le royaume, et devenir ainsi, Ain Leuhistan, une réplique de l’Afghanistan à l’époque des talibans? C’est le moins qu’on puisse dire suite aux événements et pratiques hors-la loi qui s’y reproduisent sans que leurs commanditaires soient interpelés par les autorités et services compétents en matière de faire régner la paix et la sérénité dans ce petit paradis, que les intégristes et autres fanatiques veulent transformer en enfer..

 

  En effet, des sources locales rapportent que des « extrémistes » installent des « barrages de sécurité » pour vérifier l’identité des personnes voulant assister au Festival d’Ahidous à Ain Leuh.

 

  Les mêmes sources estiment que cet événement s’est transformé en une guerre ouverte entre des défenseurs autoproclamés des mœurs et certains habitants de la ville qui n’ont pas accepté cette tutelle, et qui menacent de prendre les armes pour se défendre face à ces semeurs de troubles qui veulent leur imposer des mœurs étrangers à la culture amazigh qui a servi, depuis toujours, de rempart contre les fanatismes de tous bords.

 

  Ce n’est pas la première fois qu’un tel événement se produit dans la région, des islamistes proches du PJD s’en sont pris à quelques maisons closes de la région, évacuant manu-militari les quelques pratiquantes du plus vieux métier du monde, les privant ainsi de leur seule source de revenu sans alternative aucune.

 

  Les gardiens du temple des mœurs sont restés libres et n’ont été l’objet d’aucune mesure de poursuite judiciaire malgré la gravité des faits et la substitution de ces islamistes au Conseil supérieur des Ouléma, seule instance constitutionnelle apte à émettre des Fatwas, bien réfléchies, sérieuses et constructives pour la société, selon le dahir portant création du Conseil supérieur des ouléma qui stipule que même au sein de cette institution la fatwa ne peut être émise qu’à l’unanimité.

 

  Nos « apprentis sorciers » se sont donc arrogé le droit de faire régner leurs lois rétrogrades qui sont importées du «khalidj» et où l’odeur nauséabonde, du pétrole associé au bédouisme, émane pour chasser les belle odeurs de l’Atlas et l’encens amazigh aux sublimes parfums qui y règnent depuis des millénaire, avant l’arrivée de ces sauterelles dévastatrices, comme disait Ibn Khaldoun dans ses Prolégomènes.

 

  Un autre fait marquant avait perturbé la quiétude de ce havre de paix, lorsque l’Etat marocain a expulsé, sous la pression de ces mêmes barbus et l’influence de leur parti, les chrétiens qui s’occupaient de l’accueil des enfants abandonnés dan la région de Ain Leuh. La raison avancée à l’époque pour soutenir cette décision était la fameuse ritournelle chère aux islamistes qu’est le prosélytisme !

 

  On se rappelle très bien que les fameux «Wataniyine» avait avancé les mêmes raisons pour faire face à la scolarisation des Amazighs de la région et la fermeture du «collège berbère d’Azrou» (lycée Tarik pour les générations de la poste indépendance) sous prétexte que le colon français n’avait de but que la christianisation de «Lbarabiratou abnaou Mazigh», alors qu’aucune prédisposition ni aucune manifestation de cette nature n’avait été décelée à l’époque, sauf bien sûr un contre-exemple de chez les «Wataniyyine», un Fassi du nom de Mohamed Abdeljalil, de la célèbre Famille imbu de Wataniya « Al Abdeljalil », Formé dans la pure tradition musulmane, telle qu’elle était vécue à Fès au début du siècle dernier, devenu dés lors le Père Jean-Mohammed Abd-el-Jalil, ou Jean- Jalil, tradition oblige!.

 

  Dur, dur d’être amazighe…au moment où l’on parle de loi organique de l’amazigh et du fameux «Attanzil Assa7i7 wa ddimouqrati li ddoustour » cher au PJD.( Translate please for those who didn’t understand loughatou Al Qurane). non, non franchement je commence à délirer et il est préférable de vous quitter..ar timlilit, asta la vista, ila lliqae, au revoir, see you, à bientôt.. non je décorne ! ne vous ai-je pas dit auparavant que c’est dur d’être Amazigh, quant vous êtes sensés apprendre toutes les langues du monde pour communiquer avec les autres, alors que ceux-ci traitent votre langue maternelle de « barbarya » ! quand la vraie barbarie n’est que ce qu’ils sont en train de commettre maintenant, à Ain Leuh et ailleurs, dans le but de transformer nos montagnes paisibles en « Atlasistane » !.

- Advertisment -