jeudi 18 avril 2024

Comme des champignons

-

 

 

 

 

Comme des champignons

 

 

Abdellatif Salhi

 

  La lutte contre l’habitat anarchique et les constructions clandestines n’a curieusement, au fil des ans, 

abouti qu’à la prolifération du phénomène. Jugez-en par vous-mêmes : A Rabat, par exemple, capitale par excellence du pays, on avait remarqué, pendant plusieurs années, des bidonvilles trônant sur des terrasses d’immeubles. Le prix du loyer de ces baraques à l’unité était fixé à mille dirhams et pas un centime de moins. Des liens familiaux se sont noués et une progéniture est venue égayer ces lieux livrés aux nuages bas. Dénoncés par la presse, ces logements qui semblaient ne tenir qu’en s’appuyant les uns sur les autres, avaient fini par désavouer bien des chefs d’arrondissements pourtant censés communiquer en haut lieu tout remue-ménage survenant dans la cité. Les baraques perchées à la limite du vertige avaient été rapidement éradiquées car impliquant plus d’un. Surtout qu’à l’époque, nul n’était au-dessus de la loi. Auriez-vous saisi la nuance ?

 

  Aujourd’hui encore, on ne peut s’empêcher de rigoler comme des enfants à l’évocation de ces bâches dressées sur fond de musique festive  à hauteur des terrasses en vue de mieux dissimuler les maçons de minuit. Les cafardeurs n’y voyaient que dalle. Un étage de plus arraché à  la faveur de la nuit ou carrément grâce à une complicité ouverte, cela suscitait, en ces temps-là, pas mal d’envies chez des voisins prompts à reprendre le chemin des bidonvilles, tant il était vrai que, pour bon nombre de citoyens, acquitter une redevance d’eau ou d’électricité représentait une véritable douche froide !

  Bref, à propos de logement digne et viable, les masses populaires ont renoncé à leur droit de rêver même en position couchée. Et pour cause. Les bidonvilles poussent, aujourd’hui encore, au sein et aux alentours des cités comme des champignons. Et voilà enfin, un nouveau programme signé un certain Benkirane qui nous promet quand-même un logement économique à seulement 80 millions de centimes ! Madame, Messieurs, par ici la sortie !                   

- Advertisment -