vendredi 21 juin 2024

La broderie d’Azemmour: des femmes qui s’emploient à préserver et valoriser un patrimoine authentique

-

 Femmes de différents âges et de divers horizons, elles sont animées par l’amour et la passion qu’elles vouent à la broderie d’Azemmour, ce patrimoine authentique de la région en proie à l’oubli et à la désuétude, qu’elles s’évertuent tant bien que mal à préserver et à valoriser par les moyens du bord.

Au fil des années, les femmes de la ville d’Azemmour ont œuvré sans relâche, individuellement ou dans le cadre d’associations et de coopératives spécialisées, pour donner un nouveau souffle à cet art hérité de génération en génération par les femmes zemmouries, et qui est devenu un patrimoine immatériel dont la ville en général est fière et la femme zemmourie en particulier.

La broderie d’Azemmour est caractérisée par des dessins de dragon, qui les distinguent des divers styles de broderie du Royaume. Ce style fut introduit par l’intermédiaire d’un marchand portugais, qui avait présenté un dessin mural avec une image de dragon à un pêcheur d’Azemmour. Impressionnée par le dessin, l’épouse de ce dernier l’a brodé avant de le partager avec d’autres femmes du village, qui l’ont alors imité, ce qui a aidé à sa propagation pour devenir un symbole unique à cette ville.

Depuis lors, l’histoire des femmes zemmouries avec cette broderie a continué. Ainsi, la coopérative « El Ferdaous » pour le développement des femmes et des enfants, travaille à la formation de jeunes filles et femmes à la broderie zemmourie, afin de préserver ce patrimoine culturel d’une part, et de contribuer à l’émancipation économique des femmes, d’autre part.

Dans une déclaration à M24, la chaîne télévisée de l’information en continu de la MAP, la présidente de la coopérative, Rachida El Dachri, a expliqué que les femmes artisanes d’Azemmour ont préservé ce style traditionnel et ont tenu à le développer en introduisant certaines spécificités marocaines.

Un groupe de femmes zemmouries a travaillé pendant plus de 30 ans dans des centres de coopération nationale, ce qui a contribué, poursuit-elle, à la participation de ces femmes à divers salons nationaux et internationaux, afin de mieux faire connaître et commercialiser ce patrimoine.

La broderie d’Azemmour ne se limite plus aux utilisations anciennes, ajoute Mme El Dachri. Ce style de broderie est également utilisé dans la décoration des rideaux et des habits traditionnels féminins, alors que des jeunes formatrices utilisent désormais le dessin du « dragon » dans des toiles et autres oeuvres d’art, fait-elle savoir.

La présidente de la coopérative « El Madhab » pour la borderie zemmourie, Latifa El Madhab indique, pour sa part, que la coopérative a développé son style de broderie, puisque les femmes artisanes ont été intéressées à diversifier les produits en introduisant de nouveaux styles de modèles et dessins pour les combiner avec le modèle traditionnel.

Elle a ajouté que les femmes travaillent également les broderies sur les habits traditionnels tels que les babouches et les « selham » (capes traditionnels), mais aussi sur les sacs à main, les oreillers, les nappes… qui sont populaires auprès des touristes nationaux et étrangers.

En plus de la broderie du dragon, il existe un autre style de broderie qui n’est pas moins important. Il s’agit de la broderie « Zein wal Baha » (beauté et splendeur), qui tire son existence d’une plante spéciale, le phlox, qui pousse au fil des mois de février, mars, avril et mai, dans les environs de la ville d’Azemmour et qui est connue pour changer de couleurs selon son stade de croissance.

Ce style ancien de broderie est basé sur les dessins floraux colorés de la plante « Zein wal Baha », réputée pour son odeur parfumée et ses nombreuses couleurs vives. Comme les zemmouris avaient l’habitude de la planter dans les jardins, les femmes ont appris à l’utiliser pour enjoliver leurs maisons.

À cet égard, Malika Boussmaha, une artisane licenciée, a affirmé que la particularité de ce style de broderie s’inspire de cette plante colorée, et dont chaque couleur est employée en fonction de sa dégradation, et ce en utilisant le fil dit « DMC », qui est un fil naturel qui conserve sa couleur d’origine, et est principalement utilisé dans les vêtements traditionnels.

Ainsi, les femmes zemmouries restent un maillon important dans la préservation et la valorisation de la broderie d’Azemmour, à travers sa transmission de génération en génération, le développement et la diversification de ses usages.

- Advertisment -