mercredi 28 février 2024

Destruction de gravures rupestres: Le ministère de la culture dément

-

 

 

 

 

Lareleve.ma-MAP

 

  Le ministère de la culture a démenti jeudi l’information faisant état d’une destruction de gravures rupestres situées dans le Haut Atlas.

 

  «L’information rapportée par certains organes de presse nationaux et internationaux relative à la destruction de gravures rupestres sur le site du Yagour situé dans le Haut Atlas de Marrakech, commune de Arbaa de Tighedouine, est dénuée de tout fondement», indique le ministère dans un communiqué, ajoutant que toutes les investigations menées par les services spécialisés de ce département, en collaboration avec les autorités locales et régionales, confirment «le caractère fallacieux et tendancieux de ces allégations».

 

  Dans ce sens, le ministère de la culture tient à rappeler que le patrimoine culture national, avec l’ensemble de ses composantes matérielles et immatérielles, a toujours constitué pour l’ensemble des citoyens marocains et pour le pays tout entier, une source de fierté dont la protection et la valorisation constituent un fondement de l’identité nationale et de l’appartenance à la Nation.

 

  «La longue et riche histoire du Maroc, caractérisée par les valeurs de diversité et de tolérance, fait que jamais ce type d’incident, contraire à nos valeurs, ne peut trouver place au Maroc », souligne le communiqué ajoutant que « les sites de gravures rupestres, et autre sites du patrimoine matériel, peuvent subir, comme partout ailleurs, les conséquences d’une dégradation naturelle et même humaine, à travers parfois même le vandalisme et le trafic illicite».

 

  «Le ministère de la culture invite l’ensemble des composantes de la société à contribuer à la protection et à la valorisation de notre héritage historique, et à faire preuve de vigilance face à des allégations qui portent atteinte à l’image de notre pays dont les valeurs de tolérance, d’ouverture et de diversité sont fondatrices de la Nation marocaine et ont été inscrites, de ce fait, en lettres d’or dans la nouvelle constitution du Royaume», ajoute la même source.

 

  Le Maroc dispose de nombreuses aires rupestres, qui s’étendent sur de vastes espaces, dans nombre de régions du Royaume et plus particulièrement dans la région du Haut Atlas (Oukaïmeden, Yagour, Jebal Rat) et dans les régions pré-sahariennes (Figuig, Errachidia, Zagora, Ouarzazate, Tata, Guelmim) et sahariennes (Smara, Aousred). Ces aires rupestres constituent une composante essentielle du patrimoine archéologique national dont les plus anciennes gravures remontent à l’époque préhistorique.

 

  Le ministère de la culture, partant de l’importance de ce patrimoine, a procédé depuis 1977, à l’inventaire général du patrimoine rupestre, ainsi qu’à son analyse et à la publication de nombreuses études scientifiques sur ce sujet, rappelle le communiqué faisant état de la mise en place d’un système de surveillance de sites majeurs, et à la création de conservations des sites rupestres situés dans les provinces de Zagora, de Tata, de Smara et de Guelmim.

- Advertisment -