lundi 22 juillet 2024

«Les abeilles souffrent du réchauffement climatique»

-

 

 

 

Avis du spécialiste : Dr Stéfan Stangaciu*

 


 

Comment avez-vous découvert l’acupuncture et l’api-phytothérapie ? 

La Roumanie a été pendant 50 ans sous le communisme et la population était très pauvre. Celle-ci allait chez les médecins naturels et les thérapeutes complémentaires. C’est moins cher que la pharmacopée chimique et efficace. En tant que médecin et spécialiste en acupuncture, j’ai vu des cas de guérison spectaculaires en Roumanie grâce au miel et ses dérivés. Et comme je voulais comprendre, je suis allé voir deux instituts spécialisés en api-thérapie à Bucarest et je me suis longuement documenté en api-thérapie et j’ai découvert plusieurs recherches scientifiques. J’ai par la suite créé une base de données par spécialité et par produit pour bien comprendre les vertus de la ruche et de ses produits. Ils sont peu chers, naturels et stimulants pour le système immunitaire.

 

Quel est à votre avis le meilleur miel pour traiter des maladies ?

Il n’existe pas un bon miel pour tout le monde. Le miel polyflorale comme le pollen est bon pour les personnes de bonne santé, mais pour certaines maladies comme l’hépatite, la gastrite et les problèmes rénales, le médecin spécialisé en api-thérapie peut choisir tel ou tel miel selon l’origine botanique et les propriétés médicinales spécifiques de chaque plante. La sélection se fait selon les besoins du malade. De fait, il vaut mieux que le traitement par les produits de la ruche soit supervisé par un médecin spécialiste en api-thérapie et en api-phytothérapie.

 

Les abeilles souffrent du réchauffement climatique et disparaissent de plus en plus. Qu’en pensez-vous ? 

Les abeilles souffrent du réchauffement climatique et finissent par disparaitre sachant que par leur activité de pollinisation, les abeilles assurent la survie des hommes et des animaux. Aussi, parmi les plus grandes erreurs de l’humanité, il y a le développement des monocultures qui sont plus menacées par les maladies et qui demandent plus de pesticides. Aujourd’hui, en Allemagne et en Autriche, il y a un retour à la diversité de plantes et à la polyculture. Cela permet une floraison étalée et de fait le maintien des populations d’abeilles.

*médecin spécialiste de famille, api-phytothérapeute

 

- Advertisment -