samedi 26 novembre 2022

« Le nombre de pays qui exécutent a diminué d’un tiers en 10 ans » » »

-

 

 

 

Par Le Nouvel Observateur

 

  Amnesty International a publié mardi son rapport sur la peine de mort dans le monde. Responsable de la commission, Anne Denis répond à nos questions.

 

Quel bilan tirez-vous des chiffres sur la peine de mort dans le monde ?

 

  Avec 676 exécutions en 2011, le nombre de mis à morts est en légère progression. Paradoxalement, le nombre de pays qui ont pratiqué la peine capitale cette année a diminué et se fixe à 10 %, soit une baisse d’un tiers en dix ans.

 

  Le Japon, par exemple, n’a organisé aucune exécution cette année. Une première depuis 19 ans. Nous restons vigilants car un nouveau ministre de la Justice a été élu. Le gouvernement jugeait que ses prédécesseurs, plutôt abolitionnistes, n’avaient pas signé assez d’ordres… De même pour Singapour qui, pourtant réputé très sévère, n’a pas organisé d’exécutions cette année.

 

  On constate également des progrès sur le continent africain qui se tourne de plus en plus vers l’abolitionnisme. Un moratoire a été décidé en Sierra Léone, un protocole, ratifié au Bénin. Il y aussi des avancées aux Etats-Unis : la majorité des Etats (34) pratiquent encore la peine capitale mais l’Illinois a aboli la peine de mort en 2011 et l’Oregon a décrété un moratoire. Au total, 20 pays ont exécuté en 2011 contre 23 en 2010.

 

Les États exécutent moins mais le chiffre des exécutions est en hausse, pourquoi ?

 

  Pekin se vante d’avoir enlevé 13 motifs de condamnation à mort mais refuse de communiquer sur les statistiques. Nous savons pertinemment que les exécutions se comptent en milliers et place la Chine en première position. L’Arabie Saoudite triple quant à elle son nombre de morts, avec 23 exécutions en 2010 contre 82 en 2011. La tendance est en hausse en Iran également. Avec l’Irak et le Yémen, ces pays exécutent donc beaucoup. Davantage que l’année dernière.

 

 

La peine capitale est un sujet sensible. Quelles sont les méthodes d’enquêtes d’Amnesty ?

 

  Je tiens d’abord à préciser que le chiffre total de 676 est sûrement plus élevé. Ces chiffres sont des minimums puisque notre organisation s’appuie sur les statistiques officielles des gouvernements. Nous recoupons ces données avec les chiffres des ONG et des médias. Nous faisons également des recherches sur le terrain.

 

Pour quels crimes la peine de mort est-elle prononcée ?

 

  Le meurtre, bien sûr, mais aussi beaucoup de « crimes » religieux. De nombreuses personnes ont été exécutées en Iran pour adultère, sodomie ou apostasie (renoncement à la religion). Le blasphème au Pakistan est également puni par la peine capitale, ainsi que la « sorcellerie » en Arabie saoudite. La République du Congo est très sévère sur le trafic d’ossements humains. Plus de 10 pays ont aussi durci leur législation sur les stupéfiants, notamment l’Iran.

- Advertisment -