samedi 22 juin 2024

Gerets fait du mental, de la compétitivité et de la communication les piliers de la stratégie future

-

 

 

 

 

Lareleve.ma-MAP

  L’entraîneur de la sélection marocaine de football, Eric Gerets a indiqué que sa stratégie pour l’avenir sera axée sur le mental, la compétitivité et la communication.

 

 

  Revenant sur l’expérience de la CAN-2012, lors d’une conférence de presse tenue samedi au Centre international des Conférences Mohammed VI à Skhirat (près de Rabat), M. Gerets a fait savoir que parmi les principaux enseignements à tirer est qu' »il faut continuer à investir plus dans le mental des joueurs, car la qualité de jeu ne suffit pas à elle seule ».

 

 

  Selon lui, la fébrilité mentale chez certains joueurs marocains a été perçue notamment lors de la deuxième mi-temps du match contre le Gabon.

 

 

  Face au Gabon, « nous avons présenté deux visages, avec en particulier une première mi-temps respectable. Mais ce qui s’est passé en deuxième mi-temps est difficile à digérer », a-t-il souligné, relevant que « ce qui a causé cette défaite est surtout le mental des joueurs qui, sous la pression de préserver leur avance d’un but, n’osaient plus sortir la balle et faire le jeu ».

 

 

  Déjà dans la première journée, « la défaite contre la Tunisie, combinée à la victoire du Gabon (devant le Niger), notre adversaire de la journée suivante, a accentué la pression sur les joueurs », a-t-il dit.

 

 

  Critiqué sur le choix de certains joueurs qui manquaient de compétition, le technicien belge s’est défendu en soutenant que « la question de la compétitivité est relative, car certains joueurs qui n’avaient pas beaucoup de matches dans les jambes ont fait une CAN respectable, alors que d’autres censés être compétitifs, n’ont pas été au rendez-vous ».

 

 

  Il a toutefois concédé que cela « n’empêche que je serai plus exigeant en termes d’heures de jeu dans l’avenir ».

 

 

  Abordant la question de la communication, pointée par plusieurs observateurs comme la « pomme de discorde » entre la Fédération royale marocaine de football et le sélectionneur national, d’une part, et les médias et l’opinion publique d’autre part, M. Gerets a reconnu qu' »il y a des choses à améliorer à ce niveau ».

 

 

  « Il faut trouver le moyen d’améliorer la communication. Les journalistes doivent disposer de plus d’informations. Cela contribuera également à la création d’une relation entraîneur-presse basée sur le respect mutuel et des rapports neutres et objectifs », a-t-il dit.

 

 

  M. Gerets a par ailleurs qualifié le match amical contre le Burkina-Faso, prévu mercredi prochain à Marrakech, de « début d’une nouvelle phase ».

 

 

  Là aussi, le sélectionneur national a dû défendre certains choix, notamment la convocation de joueurs sans clubs, tel Jamal Alioui. « Cela s’explique par la volonté de motiver ces éléments, qui ont toujours répondu présent, et leur permettre d’effectuer des heures jeu, dans l’espoir qu’ils améliorent leur situation », a-t-il affirmé.

 

 

  Cette rencontre avec la presse a été également une occasion pour Gerets de dresser le bilan de son travail à la tête de l’équipe nationale, tout en soulignant que « le travail de reconstruction n’est pas terminé ».

 

 

  En 16 mois, on a joué 15 matchs, dont sept remportés, quatre perdus et quatre autres soldés par le nul. On a marqué 21 buts, soit 1,5 but par rencontre et encaissé 11 buts, soit 0,8 par match, a-t-il rappelé.

 

 

  « Alors que l’objectif de départ était de reconstruire une équipe, à travers un travail à long terme, nous sommes parvenus à mettre en place un groupe jeune et équilibré, avec un fond de jeu très bon, un football rapide avec beaucoup de changement de positions et une circulation rapide des balles », a soutenu le sélectionneur national.

 

 

  Concernant le stage de préparation de la CAN-2012, effectué à Marbella, M.

 

 

  Gerets a relevé que « beaucoup n’ont pas été d’accord avec le choix du lieu, mais je pense que nous avons fait une bonne préparation ».

 

 

  « Je suis contre le fait de passer une semaine ou plus de préparation sous une température de 40 ou 45 degrés, comme au Golfe ou dans un climat humide, comme au Gabon. J’ai, également, consulté des spécialistes qui ont préconisé un stage dans une température avoisinant les 20 degrés », a-t-il affirmé.

 

 

  Revenant sur des propos qui lui ont été attribués par certains médias et dans lesquels il aurait critiqué les entraîneurs marocains, M. Gerets a nié ces informations.

 

 

  « Je n’ai critiqué aucun collègue de la Ligue (championnat marocain), et je dis bien collègue. D’ailleurs, tout au long de ma carrière, je ne l’ai jamais fait. Il s’agit peut-être d’un malentendu », a-t-il déclaré.

 

 

  « Je tiens à avoir des relations étroites avec les entraîneurs marocains.

 

 

  J’ai même proposé de tenir une réunion avec eux, mais ca n’a pas été possible pour des raisons de calendrier », a affirmé M. Gerets.

 

 

  Le sélectionneur national, interpelé sur la publication par certains médias de ce qui serait son relevé de compte bancaire personnel, a fait savoir qu’il va intenter une action en justice contre X, pour atteinte à sa vie privée.

 

 

  Après la sortie prématurée en 1er tour de la CAN-2012, les Lions de l’Atlas aborderont des échéances importantes cette année, avec le début des éliminatoires du Mondial-2014 contre la Gambie (1er-5 juin) et la Côte d’Ivoire (8-12 juin) et des éliminatoires pour la CAN-2013 en Afrique du sud, prévues en octobre prochain.

 

 

- Advertisment -