jeudi 29 février 2024

Sergueï Lavrov : les menaces au Proche-Orient rendent nécessaire « une position commune »

-

Les menaces qui guettent le Proche Orient rendent nécessaire « une approche collective » pour résoudre les problèmes auxquels est confrontée la région et assurer son développement durable, a affirmé, mercredi à Marrakech, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

S’exprimant à l’ouverture des travaux du 6ème Forum de coopération Russie-Monde Arabe, présidée par le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, le chef de la diplomatie russe a souligné que « cette réunion se tient dans un contexte marqué par une escalade sans précédent de la situation au Moyen-Orient et des turbulences persistantes dans le monde ».

M. Lavrov a, dans ce contexte, déploré l’escalade sans précédent de la violence au Proche-Orient où le nombre de morts et de blessés se compte en dizaines de milliers, pour la plupart des femmes et des enfants.

« La situation s’est fortement aggravée dans la bande de Gaza en raison du blocus imposé par Israël », a-t-il dit, affirmant que son pays a pour priorité l’arrêt de l’effusion du sang et la création des conditions nécessaires à l’acheminement des aides humanitaires pour tous ceux qui en ont besoin.

« Le cycle de violence risque de se poursuivre et de se reproduire jusqu’à ce que l’injustice à long terme qui sous-tend le conflit soit éliminée et que le peuple palestinien exerce son droit à l’établissement de son propre Etat avec Jérusalem-Est, sur les frontières de 1967, comme capitale », a relevé le ministre russe, estimant que seule une approche aussi équilibrée, fondée sur le droit international, peut conduire à une paix durable.

M. Lavrov n’a pas manqué de rappeler que « la position de principe de la Russie est en ligne avec celle des pays arabes, telle qu’elle a été réaffirmée lors du Sommet extraordinaire arabo-islamique du 11 novembre dernier à Ryad, soulignant que « notre tâche commune est d’aider les parties à s’engager dans un processus de négociation afin de surmonter leurs divergences ».

Il a, dans ce cadre, souligné la nécessité de mettre en place un mécanisme diplomatique commun à même de mettre dans les faits les décisions de la communauté internationale.Sur un autre registre, M. Lavrov a indiqué que le Forum de coopération russo-arabe, créé en 2009, s’est imposé au cours des dernières années comme un mécanisme important permettant de rapprocher les positions de la Russie et du monde arabe sur un large éventail de questions d’intérêt commun, exprimant sa gratitude à SM le Roi Mohammed VI pour l’organisation au Maroc de la 6è édition de ce Forum.
De même, il a rappelé la précédente réunion, tenue à Moscou en 2019, qui a permis l’adoption d’un plan d’action pour la mise en œuvre des objectifs de ce mécanisme commun, estimant que malgré les ajustements imposés par la pandémie de Covid-19, l’essentiel de ce plan d’action a été mis en œuvre.

« Cela contribue au développement d’une coopération russo-arabe multidimensionnelle et mutuellement bénéfique », a-t-il poursuivi.

La réunion d’aujourd’hui, a noté M. Lavrov, offre l’occasion de discuter de manière approfondie des perspectives de consolidation de la coopération russo-arabe dans les domaines commercial, économique, culturel et éducatif, ainsi que dans le domaine de la santé.

- Advertisment -