lundi 24 juin 2024

« Vacances en paix » : Les sombres dessous d’un programme infernal parrainé par l’Algérie

-

Le programme dénommé « vacances en paix» parrainé par l’Algérie à travers le « polisario » continue d’être entaché par des accusations d’irrégularités, de fraudes et de violations des Droits de l’Homme.

L’ONG, nommée «La Libertad es Su Derecho», qui signifie «La liberté est leur droit», composée de familles espagnoles ayant accueilli des femmes séquestrées dans les camps de Tindouf en Algérie, a récemment mis en lumière, lors d’un forum, la dégradation des principes éthique et juridique censé protéger les Droits des enfants.

Quatre nouveaux cas d’enlèvements de femmes ont été documentés depuis le début de l’année, donnant lieu à l’ouverture d’une enquête judiciaire contre vingt-deux membres du « polisario », y compris des responsables de premier plan, pour traite d’êtres humains et falsification de documents en Espagne.

Ainsi, le programme « vacances en paix » se démarque comme une entreprise illicite exploitant les enfants sous couvert de les nommer « ambassadeurs de la cause ».

En effet, ces abus sont illustrés par le cas de l’enfant Mohamed Mohamed Lamine, âgé de neuf ans, arraché à sa famille biologique après un séjour prolongé en Espagne.

Le « programme: vacances en paix » a des effets dévastateurs sur la population de Tindouf, notamment les femmes qui se retrouvent dans des conditions proches de la captivité, instrumentalisés par le « polisario » afin de servir des objectifs politiques et économiques.

- Advertisment -