samedi 3 décembre 2022

Le plus long pont du Royaume: avancée significative des travaux

-

Les travaux de la voie express Tiznit-Dakhla avancent à grand pas. Ce chantier de grande envergure affiche à ce jour un taux de réalisation de plus de 80%. Une situation qui enchante les habitants et les professionnels du transport.

Les travaux de construction de la voie express Tiznit-Dakhla enregistrent une avancée significative, palpable au niveau du pont de l’Oued Sakia el Hamra considéré comme la pièce maîtresse de ce chantier structurant.

Cité par le site SNRTnews, Moubarak Fincha, responsable de la Direction provisoire en charge du projet, a précisé que certains ajustements ont été apportés au projet de la voie express et plus particulièrement au niveau de la route périphérique de la ville de Laâyoune où sera construit, le plus long pont du Royaume d’une longueur de 1.755 mètres.

Le responsable a déclaré que les travaux du pont de Laâyoune, qui passe au-dessus de l’Oued Sakia El Hamra, seront terminés en 2024 avec une enveloppe de plus de 1,1 milliard de dirhams précisant que des technologies de pointe seront utilisées lors de sa construction.

Fincha a ajouté que ce pont, qui fait partie des chantiers de l’autoroute Tiznit-Dakhla, a pour but de participer au développement économique et social des provinces du sud au cours des prochaines décennies. Cette autoroute permettra de relier le nord du Royaume à son sud, en plus de relier le Maroc aux pays africains.

Le responsable a ajouté que ce chantier royal aura également un impact direct sur la population des régions du sud du Royaume qui compte plus de 2,2 millions d’habitants, en encourageant les investissements publics et privés et en créant 2,5 millions de journées de travail pendant la période d’achèvement, 30 000 jours de travail directs par an après l’achèvement et 150 000 jours de travail indirects par an après l’achèvement. Cette voie contribuera également à l’amélioration des conditions de la sécurité routière et à la réduction la durée des déplacements.

Cet immense chantier, ajoute le même site, a dû faire face à plusieurs contraintes qui ont retardé sa réalisation. Il s’agit notamment des prix élevés et la rareté des matières premières, les difficultés techniques et naturelles dues aux conditions climatiques, les difficultés de circulation et du transfert des réseaux de communications, d’eau et d’électricité, et l’acquisition de terrains, notamment dans les nouvelles voies, sans oublier la faillite de certaines entreprises à cause de la crise de la Covid-19.

- Advertisment -