vendredi 24 mai 2024

Barrage Al Massira: Alerte rouge sur la sécurité hydrique du Maroc

-

Le Maroc est confronté à une situation alarmante concernant la sécurité hydrique du pays, marquée par la baisse drastique du niveau d’eau du barrage Al Massira, l’un des plus importants du royaume. Les images satellites révèlent un assèchement inquiétant du réservoir, qui ne contient plus que 3% de sa capacité maximale, soit une perte de 97% en seulement six ans, entre 2018 et 2024.

La crise du barrage Al Massira met en lumière la nécessité d’une gestion durable des ressources en eau au Maroc. Des actions concertées et des investissements conséquents sont indispensables pour garantir la sécurité hydrique du pays et un avenir durable pour les générations futures.

Cette crise majeure menace directement l’alimentation en eau potable de millions de marocains, ainsi que l’irrigation des terres agricoles, pilier essentiel de l’économie nationale. Le quotidien Al Ahdath Al Maghribia tire la sonnette d’alarme dans son édition du jeudi 25 avril, qualifiant la situation de « plus que préoccupante ».

Les images satellites capturées par le satellite Copernic 2 montre d’ailleurs comment l’environnement du barrage jadis verdoyant s’est transformé au fil des six dernières années en une zone désertique, reflétant l’ampleur de la sécheresse dont souffrent la région et le pays en général.

L’assèchement du sol s’étend sur la zone entre Casablanca et Marrakech, laissant derrière lui un paysage dégradé et désolé. Cette situation critique est le fruit de plusieurs facteurs.

Plusieurs facteurs contribuent à l’assèchement du barrage Al Massira :

  • Sécheresse persistante: Le Maroc connait une période de sécheresse sévère depuis plusieurs années, réduisant considérablement le volume des eaux dans le barrage.
  • Evaporation accrue: Les températures élevées et le vent accentuent l’évaporation de l’eau du réservoir.
  • Envasement: L’accumulation de sédiments au fond du barrage diminue sa capacité de stockage.

Les conséquences de cette crise hydrique sont désastreuses :

  • Pénuries d’eau: La réduction de la capacité de retenue du barrage risque d’entraîner des pénuries d’eau potable dans les villes et les campagnes, menaçant la santé et l’hygiène des populations.
  • Impact sur l’agriculture: L’irrigation des terres agricoles, vitale pour la production alimentaire, est compromise, fragilisant la sécurité alimentaire du pays.
  • Conséquences économiques et sociales: Les pénuries d’eau pourraient avoir des répercussions économiques importantes, notamment sur le secteur touristique, et engendrer des tensions sociales.

Face à cette situation alarmante, les spécialistes préconisent des mesures urgentes et des solutions durables pour préserver les ressources en eau du Maroc :

  • Rationalisation de la consommation: Sensibilisation des citoyens à la nécessité de réduire leur consommation d’eau et d’adopter des comportements économes.
  • Réhabilitation des barrages: Mise en place de programmes de lutte contre l’envasement et d’amélioration de l’efficacité des barrages.
  • Irrigation moderne: Développement de techniques d’irrigation plus efficientes, comme l’irrigation au goutte-à-goutte, pour réduire la consommation d’eau en agriculture.
  • Dessalement de l’eau de mer: Investissement dans des projets de dessalement pour fournir une source d’eau potable alternative aux populations côtières.

 La crise du barrage Al Massira met en lumière l’urgence d’une action concertée pour garantir la sécurité hydrique du Maroc. Des mesures immédiates et efficaces sont nécessaires pour préserver cette ressource vitale et assurer un avenir durable pour le pays et ses habitants.

- Advertisment -