lundi 20 mai 2024

OCP : Le Blue Panicum, une révolution fourragère face aux défis environnementaux et climatiques

-

L’Office chérifien des phosphates (OCP), en partenariat avec l’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P), a dévoilé lors d’un séminaire tenu en marge du Salon International de l’Agriculture de Meknès (SIAM) une solution prometteuse pour l’agriculture marocaine : le Blue Panicum.

Cet événement, axé sur le partage des résultats de recherche, a mis en lumière le potentiel révolutionnaire de cette culture face aux défis environnementaux et climatiques.

Dans un pays confronté à des précipitations limitées et à des contraintes de salinité des sols, l’agriculture et l’élevage font face à des défis majeurs. Les cultures fourragères traditionnelles peinent à répondre aux besoins croissants, exacerbés par la dégradation des parcours due au surpâturage et à la désertification. C’est dans ce contexte que le Blue Panicum émerge comme une alternative résiliente et performante.

Les résultats des recherches présentées lors du séminaire ont été impressionnants : des rendements atteignant jusqu’à 150 tonnes par hectare de biomasse fraîche ont été obtenus dans des conditions optimales, avec des rendements agricoles envisageables dépassant les 100 tonnes par hectare. Même dans des zones présentant des niveaux élevés de salinité, des rendements de 75 à 90 tonnes par hectare sont aisément atteignables avec cette culture.

Ce succès repose sur l’adaptabilité du Blue Panicum à différentes conditions agro-climatiques, démontrée à travers la mise en place de dix plateformes de démonstration à travers le pays. Cette polyvalence en fait une solution idéale pour les environnements arides et salins du Maroc.

De plus, le Blue Panicum présente des avantages agronomiques et zootechniques significatifs. Facile à adopter et à manipuler, cette culture nécessite peu de ressources une fois implantée. Elle peut perdurer pendant huit ans avec des besoins minimes en irrigation et fertilisation, offrant jusqu’à sept coupes par an. Sur le plan zootechnique, elle contribue à stabiliser le rendement et la productivité laitière, tout en améliorant la qualité du lait des vaches laitières.

Pour maximiser son potentiel, l’adoption de bonnes pratiques agricoles est essentielle. La transplantation des racines, l’utilisation d’amendements organiques et de fertilisation adaptée, ainsi que la pratique de la culture intercalaire, ont démontré leur efficacité en augmentant le rendement jusqu’à 50 % en moyenne.

Enfin, sur le plan économique, l’intégration du Blue Panicum dans les rations alimentaires des animaux a permis de stabiliser la production laitière tout en réduisant les coûts d’alimentation, augmentant ainsi les revenus des agriculteurs.

Dans un contexte où la sécurité alimentaire et la durabilité environnementale sont des préoccupations majeures, le Blue Panicum offre une lueur d’espoir pour l’avenir de l’agriculture au Maroc. En combinant performance agronomique, résilience environnementale et avantages économiques, cette culture promet de jouer un rôle crucial dans la transformation du secteur agricole marocain.

L’engagement de l’OCP et de l’UM6P, en collaboration avec les agriculteurs, permettra de concrétiser le potentiel de cette révolution fourragère et de contribuer à la sécurité alimentaire et à la prospérité du Maroc.

- Advertisment -