mercredi 7 décembre 2022

L’Équateur exporte pour la première fois du cannabis en Suisse pour fabriquer des médicaments

-

La société équatorienne CannAndes, pionnière dans la culture légale du cannabis (CBD), a annoncé sa première exportation de fleurs transformées et de teinture de chanvre à une société suisse spécialisée dans la production de médicaments.

Le cannabis équatorien a quitté le pays « pour la première fois de l’histoire » et est arrivé en Suisse, ce qui est une étape importante pour l’industrie nationale, a déclaré CannAndes dans un communiqué publié mercredi.

La société a rappelé que le processus d’exportation de fleur et de teinture de cannabis avait commencé en février dernier avec une série de procédures devant les autorités équatoriennes et suisses, ainsi que les validations respectives avec les compagnies aériennes pour pouvoir traverser les frontières sans obstacles.

Ce premier envoi, qui a quitté le pays le 17 juillet et le 25, il a été livré par les autorités suisses au client final à Zurich, a indiqué la même source.

Parce qu’il s’agit d’une exportation d’un produit si délicat, qui s’attire soupçons et préjugés, il a été nécessaire de créer, en collaboration avec l’unité de la police anti-stupéfiants, « un protocole d’expédition » spécifique pour le produit.

Ledit protocole comprend un test de validation selon lequel la matière première a une teneur inférieure à 1 % de THC (tétrahydrocannabinol), le composant psychoactif du cannabis, qui, dans le cas du chanvre d’exportation, doit avoir, selon la réglementation internationale, une valeur inférieure à ce pourcentage de concentration.

« Après avoir vérifié que l’envoi qui quitterait l’Equateur était conforme à la réglementation, cinq kilogrammes de fleur de chanvre séchée et un litre de teinture d’extrait pur de cannabis ont été livrés », a précisé la société.

La société suisse Profields S.A., basée à Oberglatt, a acquis le produit équatorien et a souligné sa qualité, notamment en raison du processus post-récolte, très important pour l’industrie pharmaceutique.

La société équatorienne a souligné le fait que le processus de première exportation de cannabis a pris un an et demi, alors que les entreprises d’autres pays ont mis jusqu’à six ans pour achever les démarches administratives et juridiques.

« L’Equateur franchit cette étape en moins de dix-huit mois (depuis l’obtention des licences) démontrant qu’il sera un acteur important dans cette industrie », a déclaré CannAndes, dont l’objectif est de devenir un vendeur de matières premières et de dérivés de cannabis.

Shampooings, savons, crèmes pour la peau, boissons aromatiques, bonbons, gouttes sublinguales pour soulager la douleur, inhalateurs contre les maux de tête et autres produits ont déjà été développés par la société équatorienne.

- Advertisment -