dimanche 26 mai 2024

Faire la révolution avec Nietzsche

-

 

 

 

Michel Onfray

 

  Ainsi parlait Zarathoustra est, Nietzsche l’a suffisamment dit, « un livre pour tous et pour personne ». Longtemps, il est resté un livre pour personne – ou si peu de lecteurs ; désormais, grâce au travail gigantesque de Pierre Héber-Suffrin, il devient un livre pour tous. Ce livre dont Nietzsche affirmait qu’il était « le vestibule de (s)a philosophie » est un temple païen crypté et quiconque ne dispose pas des codes se perd dans ce labyrinthe. Il faut le méditer longuement, « ruminer », pour le dire avec un mot du philosophe lui-même, s’en imprégner, vivre avec au long cours et, un jour, parce qu’on l’aura mérité, avec force patience intellectuelle, on découvre le fil d’Ariane.

 

  Pierre Héber-Suffrin, auquel on doit déjà un petit livre introductif intitulé Le Zarathoustra de Nietzsche, offre au lecteur du XXIe siècle un trousseau de clés pour ouvrir la forteresse avec, excusez du peu, une nouvelle traduction et trois volumes de commentaires, soit plus de 700 pages : De la vertu sommeil à la vertu éveil, À la recherche d’un sauveur et Penser, vouloir et dire l’éternel retour.

 

Philosophante

 

  Dans une lettre à son ami Overbeck, Nietzsche signale que les quatre parties d’Ainsi parlait Zarathoustra se sont vendues entre 60 et 70 exemplaires… Il décide de publier à compte d’auteur. Lors de la guerre de 14-18 (Nietzsche est mort en 1900), on dit que le livre est mis dans la musette des soldats qui partent au front. Pendant la Seconde Guerre mondiale, des Français patriotards font du surhomme un surboche… Quelques commentateurs estampillés par l’institution philosophante contribuent à propager encore aujourd’hui ce genre de boniments. Jamais malentendu ne fut plus grand à propos d’un livre de philosophie.

 

  Camus dédouanait le texte de Nietzsche de toute responsabilité dans la récupération qu’en firent les nazis, mais il reprochait au philosophe allemand de n’avoir rien écrit qui interdise ce détournement. N’entrons pas dans le détail polémique, mais la haine qu’avait Nietzsche de l’État, son mépris des médiocres qui font carrière dans la politique, sa détestation des antisémites doublée d’un éloge du génie juif, sa lutte perpétuelle contre le ressentiment qui est le moteur du national-socialisme, son combat contre l’idéal ascétique paulinien consubstantiel à tout fascisme témoignent contre un usage de Nietzsche à des fins de justification du régime hitlérien.

 

Littéral

 

  La responsabilité du mésusage de Nietzsche en revient d’abord à Elisabeth Förster-Nietzsche, sa soeur, qui fut une antisémite notoire, une amie de Mussolini, une affidée du parti nazi, une complice personnelle d’Adolf Hitler, qui lui rendit un hommage national lors de sa mort, en 1935. On doit à cette vipère la constitution d’un faux livre, La volonté de puissance, un collage de textes qu’elle récrivit dans le but militant de montrer que son frère philosophe aurait soutenu les aventures fascistes… Nombre de philosophes contemporains souscrivent encore à ce détournement fasciste de l’oeuvre d’un mort.

 

 D’où l’intérêt de lire vraiment ce livre compliqué parce que lyrique, poétique, ironique, rempli de références, de clins d’oeil bibliques, de citations mythologiques occidentales et orientales, de renvois à tel ou tel passage du restant de son oeuvre. On y trouve de l’autobiographie travestie : l’écho de relations avec Richard Wagner ou Lou Salomé, la permanence de sa souffrance, qui mélange une fragilité psychique et les atteintes progressives de la syphilis, l’art de lire ou d’écrire, un commentaire permanent de vingt-cinq siècles de philosophie, des jeux de mots, des allitérations productrices de sens, etc. Pierre Héber-Suffrin dégage des pistes et taille des sentiers dans cette forêt primitive.

 

Lumineux

 

  Les malentendus procèdent également de traductions fautives : le maître d’oeuvre de ce travail gigantesque propose celle de Hans Hildenbrand, traducteur par ailleurs de Marx, Freud, Adorno, Fink, Sloterdijk. Pierre Héber-Suffrin ne souhaite pas proposer une nouvelle lecture, une énième thèse qui renseigne plus sur l’exégète que sur le philosophe. Il souhaite juste, ce qui est effectivement la véritable thèse de Nietzsche, attirer l’attention sur le fait qu’Ainsi parlait Zarathoustra propose une sagesse.

 

  Loin des commentaires qui obscurcissent le texte de Nietzsche et qui constituent l’essentiel de la bibliothèque nietzschéenne, Pierre Héber-Suffrin le rend limpide, clair, lumineux par son commentaire littéral. Aux antipodes du penseur clinquant sous l’armure médiévale, le surhomme apparaît comme un compagnon de route des sages de l’antiquité gréco-romaine – héraclitéens, épicuriens, stoïciens, pyrrhoniens -, mais aussi des sages orientaux – shivaïtes, brahmanes, mazdéens…

 

Prototypique

 

  Qui est Zarathoustra ? Le prophète du surhomme. Quel est son message ? Il annonce la mort de Dieu, le ciel vide de toute idole, la terre devenue le seul espace pour une vie surhumaine ; il enseigne les pleins pouvoirs du vouloir vers la puissance, autrement dit de la force qui, dans la vie, veut la vie ; conséquemment, il affirme l’inexistence du libre arbitre ; il professe l’éternel retour de ce qui est, et cela, à l’identique : nous vivons ce que nous avons déjà vécu et nous le vivrons éternellement dans les mêmes formes ; il invite à savoir ces vérités et à les aimer, amor fati, autrement dit : aime ton destin. Si l’homme suit cet itinéraire intellectuel, alors il devient un surhomme – il connaît la béatitude, la joie du pur plaisir d’exister. Précisons que cet homme peut être bien sûr une femme : le surhumain n’est pas une affaire de mâles ou de virilité, mais de genre humain.

 

  Pierre Héber-Suffrin débarrasse Nietzsche de toutes les scories accumulées sur son nom depuis plus d’un siècle. Ce philosophe longtemps présenté comme préfasciste, antisémite, belliciste, nationaliste, pour le dire en deux mots qui n’honorent pas leurs utilisateurs, en Allemand prototypique, apparaît enfin et vraiment pour ce qu’il est : un maître de vérité et de lucidité, de sagesse pratique et de probité intellectuelle, un contemporain capital, un inactuel d’une cruelle actualité !

 

Bible athée

 

  Dans notre époque nihiliste, dont Nietzsche a d’ailleurs raconté les symptômes, la lecture révolutionnaire de Pierre Héber-Suffrin présente ce livre majeur à un public qui ne sera pas celui des philosophes professionnels – et c’est heureux. Car, de Karl Jaspers à Luc Ferry et André Comte-Sponville, en passant par Heidegger ou Deleuze, la lecture professorale du Zarathoustra passe sous silence cette évidence que ce grand oeuvre est tout bonnement un livre de morale pratique. Cette bible athée propose en effet au lecteur de mener une vie philosophique, autrement dit de faire du texte une occasion de vie transfigurée. Nietzsche aspirait à de nouvelles possibilités d’existence, le surhomme en est la figure, ce commentaire, le mode d’emploi.

 

  Ce livre n’était pas un livre pour les professeurs, dont les lectures ont faussé le message nietzschéen pendant plus d’un siècle. La glose universitaire a tenu à distance ces pages d’un philosophe-artiste qui ne s’adressait pas aux fonctionnaires de l’État payés pour enseigner ce qu’ils présentaient comme sa pensée – et qui était souvent la leur… Dans l’esprit de la philosophie antique, Nietzsche souhaitait que la philosophie, sa philosophie, ne soit pas une affaire de professeurs, mais une aventure humaine. Qu’elle suscite moins le commentaire que la conversion, un mot malheureusement dérobé par le christianisme à la philosophie païenne par la patristique.

 

  Voici donc, pour notre plus grand bonheur, un commentaire qui propose la conversion. Ces quatre ouvrages fonctionnent comme un manuel du surhumain à mettre dans toutes les mains. L’heure est venue où l’on peut enfin lire et comprendre Nietzsche. Gageons qu’il aurait aimé cette exégèse minutieuse du poème dans lequel il avait concentré toute sa philosophie – pour la partager.

 

« Ainsi parlait Zarathoustra », de Friedrich Nietzsche. Traduit par Hans Hildenbrand (Kimé, 360 p., 29 E). « Lecture d' »Ainsi parlait Zarathoustra » », de Pierre Hébert-Suffrin, trois volumes : « De la vertu sommeil à la vertu éveil », « A la recherche d’un sauveur », « Penser, vouloir et dire l’éternel retour » (éditions Kimé).

- Advertisment -