lundi 30 janvier 2023

Gestion de l’eau : La vision royale mise en avant à Rome

-

La vision éclairée de SM le Roi Mohammed VI en matière de gestion de l’eau, à travers la promotion de l’investissement, a été mise en avant, mardi, lors de la conférence de haut niveau « Dialogue de Rome sur l’eau », organisée par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

‘’La gestion des ressources hydriques ne peut être efficiente et efficace sans un investissement responsable et ciblé, comme l’a clairement identifié la vision royale’’, a souligné l’ambassadeur, représentant permanent du Maroc auprès des agences onusiennes à Rome, Youssef Balla, qui intervenait aux côtés du directeur général de la FAO, Qu Dongyu, et du secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires économiques et sociales, Li Junhua.

Citant un rapport des Nations Unies sur le développement des ressources en eau, le diplomate marocain a indiqué que plus de 78% des emplois dans le monde dépendent directement ou indirectement de l’eau, expliquant que les ressources en eau sont un paramètre attractif pour l’investissement privé dans divers secteurs et industries.

Encourager ces investissements dans le secteur de l’eau permettra de relever simultanément les défis environnementaux, économiques et sociaux auxquels il est confronté, a affirmé M. Balla lors de cette rencontre, tenue dans le cadre de la Conférence de la décennie des Nations Unies sur l’eau 2023.

La gestion des ressources hydriques a toujours constitué une priorité majeure pour le Royaume, qui en tenant compte du changement climatique, l’évolution accélérée des besoins et la multiplicité des usagers, s’est doté, depuis les années 90, d’une politique efficace et avant-gardiste pour la gestion optimale de ses ressources hydriques, a-t-il relevé, passant en revue les différentes stratégies et initiatives entreprises par le Maroc dans ce domaine, notamment en matière de dessalement de l’eau.

La dernière station en date est celle de Laâyoune, entrée en service en octobre 2022, avec une capacité de traitement de 26.000 m3/jour, a fait savoir le représentant permanent du Maroc, précisant que ce site permettra de satisfaire les besoins en eau potable des habitants de la région.

Selon lui, neuf stations sont déjà opérationnelles et cinq autres sont en cours de réalisation, en l’occurrence celle de Casablanca destinée à l’irrigation, dont le démarrage des travaux est prévu durant le premier semestre 2023, pour une mise en service de la première phase en juin 2026 et 2030 pour la seconde phase.

La politique du royaume en matière d’eau se « poursuit dans une continuité exemplaire », à travers le lancement de plusieurs réformes axées sur la bonne gouvernance des ressources en eau, la mise en place des plans de gestion intégrés, la création d’institutions fortes et engagées ainsi que la valorisation des ressources humaines qualifiées, a-t-il ajouté.

Dans ce sillage, l’ambassadeur a passé en revue le Plan national de l’eau 2020-2050, le Programme d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation 2020-2027 et la stratégie agricole ‘’Plan Maroc Vert’’, dont la continuité a été assurée par ‘’Génération Green’’, lancée par SM le Roi Mohammed VI en février 2020.

M. Balla a saisi l’occasion pour souligner l’apport indéniable de la FAO en tant que partenaire de choix pour le Maroc pour réaliser ses objectifs en matière de gestion de l’eau, notant que la collaboration bilatérale se décline sous plusieurs formes.

Il s’agit, a-t-il détaillé, de la coopération dans le cadre de l’Initiative régional de la FAO sur la rareté de l’eau, la signature en 2017 d’un accord de partenariat portant sur le projet ‘’Implémentation de l’agenda 2030 pour l’efficience, la productivité et la durabilité de l’eau dans les pays du Proche Orient et d’Afrique du Nord (NENA)’’ et l’organisation, au Maroc, de cycles de formation sur les cibles des ODD 6.4 en matière d’eau et d’assainissement, au profit de participants de plusieurs pays africains.

Le Maroc contribue également au renforcement de la sécurité alimentaire à travers l’assistance technique de la FAO, par l’amélioration de la gouvernance et la gestion de l’eau d’irrigation, a-t-il poursuivi.

Selon la FAO, le Dialogue de Rome sur l’eau sera l’occasion de sensibiliser au rôle de l’eau dans la réalisation des ODD, d’établir un lien profond entre le secteur de l’eau et le secteur agricole, de développer des solutions et des actions innovantes pour l’avenir et de discuter de l’approche des “feuilles de route” sur l’eau pour réaliser les engagements mondiaux et les ODD au niveau national.

- Advertisment -