dimanche 29 janvier 2023

Ifrane: Les ministres arabes de la justice pour le renforcement de l’action commune dans les domaines juridique et judiciaire

-

Les ministres arabes de la justice ont souligné, jeudi à Ifrane, l’importance de renforcer l’action arabe commune dans les domaines juridique et judiciaire.

Intervenant à l’ouverture de la 38e session du Conseil des ministres arabes de la justice, ces responsables gouvernementaux se sont prononcés en faveur du développement et l’intensification des concertations et la coordination entre l’ensemble des pays du monde arabe dans ces secteurs. Le ministre de la justice et président du Conseil supérieur de la magistrature, Walid ben Mohammed Al-Sama’ani a souligné l’importance des points figurant à l’ordre du jour de la 38ème session du Conseil des ministres arabes de la justice, notamment le renforcement de la coopération arabe et internationale dans la lutte contre le terrorisme et la Convention arabe contre la corruption.

Le Centre arabe des recherches juridiques et judiciaires, qui opère sous l’égide du Conseil, déploie des efforts remarquables, d’où la nécessité d’appuyer ses programmes et ses activités, a-t-il fait remarquer, ajoutant que son pays est disposé à développer le paysage législatif et juridique dans le cadre de l’action arabe commune au sein de la Ligue des Etats arabes et du Conseil des ministres arabes de la justice à travers le renforcement des échanges des expériences.

Pour sa part, le ministre qatari de la Justice, Masoud Bin Mohamed Al Ameri, a indiqué que la réunion du Conseil des ministres arabes de la Justice contribue au renforcement des consultations constructives et la coopération arabe dans les domaines juridique et judiciaire. Le ministre qatari a estimé que « les défis et menaces sécuritaires sévissant actuellement dans le monde dictent le renforcement de la coordination judiciaire et l’activation des accords dans le domaine dans la perspective de mettre en place un système arabe intégré capable de faire face à ces défis, et à œuvrer à l’élaboration d’une stratégie arabe commune ».

Pour sa part, le ministre égyptien de la Justice, Omar Marwan a souligné l’importance d’intensifier et de renforcer l’action arabe commune pour échanger les informations et les expériences dans le domaine de la lutte contre le terrorisme, et pour mettre en place des mécanismes conformes aux accords signés.

Le responsable gouvernemental égyptien a, également, mis en relief l’importance d’échanger les expériences entre les États arabes pour développer leur système judiciaire, citant une série d’action mises en œuvre par le ministère égyptien de la justice pour développer le système judiciaire et fournir des services de qualité aux citoyens.

La ministre libyenne de la Justice, Halima Ibrahim a affirmé que la conférence constitue un événement important en matière de droits de l’homme ainsi que dans les domaine judiciaire, législatif et social et ce, au vu de grande importance que revêtent la justice, l’équité et l’égalité pour les citoyens arabe.

Pour sa part, l’ambassadrice de la République du Soudan à Rabat et chef de la délégation soudanaise à la conférence, Mawada Omar Hageltoan El Badawi a indiqué dans une déclaration à M24, chaîne d’information en continue de la MAP que le Conseil des ministres arabes de la justice est l’un des organes ministériels arabes spécialisés les plus importants, mettant l’accent sur l’importance du renforcement de la cohésion arabe s’agissant des questions arabes d’intérêt commun.

La diplomate soudanaise qui a tenu à saluer l’expérience judiciaire marocaine, a considéré que la conférence constitue une occasion de s’informer des avancées réalisées par le Royaume et de mettre en relief les efforts déployés par le Secrétariat technique du Conseil des ministres arabes de la justice pour élaborer des projets de loi d’orientation sur des questions telles que la lutte contre la corruption et le terrorisme et la protection des enfants dans les zones de conflit ainsi que les groupes vulnérables dont les femmes, les enfants, les personnes âgées et les personnes à besoins spécifiques.

Pour sa part, le ministre libanais de la Justice, Henry Khoury, a salué le travail inlassable du Conseil des ministres arabes de la Justice, soulignant, dans le même contexte, les rôles importants de Centre arabe de recherches juridiques et judiciaires, basé à Beyrouth, qui assure les fonctions de secrétariat scientifique du Conseil des ministres arabes de la justice et qui adopte un programme de travail annuel.

Quant au sous-secrétaire du ministère irakien de la Justice, Ziad Al Tamimi, il a fait part du souhait de son pays de renforcer la coopération juridique et judiciaire avec les pays arabes, notamment dans les domaines de la formation et la qualification, mettant l’accent l’accent sur l’impératif d’œuvrer à l’activation de l’action arabe commune dans le domaine.

Les travaux de la 38ème session du Conseil des ministres arabes de la Justice se sont ouverts, mercredi, par la tenue de la 70e réunion du Bureau exécutif du Conseil.

Cette session, qui se tient à l’invitation du Secrétaire général de la Ligue des États arabes, intervient à un moment où la région arabe est confrontée à de grands défis dans la lutte contre le crime organisé et le phénomène du terrorisme.

- Advertisment -