dimanche 23 juin 2024

Cannes 2012 : Michael Haneke décroche la Palme d’or pour « Amour » » »

-

 

 

Lareleve.ma-Agences

 

  C’est le réalisateur et scénariste autrichien Michael Haneke qui a décroché, ce soir, la Palme d’or du Festival de Cannes.

 

  La Palme d’or du Festival de Cannes a été attribué, ce soir, au cinéaste autrichien Michael Haneke pour son film « Amour » qui retrace l’histoire d’un mari amoureux et attentionné accompagnant son épouse qui s’en va vers la mort.

 

  Le président du jury Nanni Moretti a remis le prix en insistant sur « la contribution fondamentale » des deux acteurs principaux – Jean-Louis Trintignant, 81 ans, et Emmanuelle Riva, 85 ans – montés sur scène sous les applaudissements avec le cinéaste autrichien qui décroche ainsi sa seconde Palme d’or, après « Ruban Blanc » en 2009.

 

 

Les « six quarts » de Jean-Louis Trintignant

 

  Le cinéaste, qui vit entre Vienne et Paris, a remercié « profondément » ses « acteurs géniaux qui ont fait le film, qui sont l’essence de ce film ». Emmanuelle Riva a affirmé qu’en tant qu’actrice, « notre action, c’est un partage de vie ».

 

  « Garder cela pour soi tout seul, ça manquerait de charme », a-t-elle ajouté d’une voix claire. Jean-Louis Trintignant, tout sourire, a fait pleurer la salle. « Ca nous touche beaucoup », a-t-il dit avant de partager cette palme en six quarts : l’un pour les producteurs, l’un pour le metteur en scène qui « est à mon sens le plus grand metteur en scène vivant », deux autres pour Emmanuelle Riva et Isabelle Huppert, qui joue sa fille dans le film. Enfin un cinquième quart à l’équipe du film et le sixième à sa « moitié ». Il a terminé son bref discours en annonçant qu’il allait citer « un petit poème, tout petit » de Jacques Prévert : « Et si on essayait d’être heureux, ne serait-ce que pour donner l’exemple ? ».

 

Grand Prix du Festival à Matteo Garrone

 

  Le Grand Prix du festival a été décerné à « Reality » de l’Italien Matteo Garrone, une comédie amère sur l’itinéraire déçu d’un candidat à un jeu de télé-réalité.

 

  L’acteur danois Mads Mikkelsen, plus connu du public pour son rôle de méchant chez James Bond dans « Casino Royale » (2006), a reçu le Prix d’interprétation masculine pour son rôle dans « La chasse » de Thomas Vinterberg.

 

Deux débutantes à l’honneur

 

  Le Prix d’interprétation féminine a été attribué aux deux actrices roumaines débutantes Cosmina Stratan et Cristina Flutur du réalisateur Cristian Mungiu pour « Au-delà des collines », un film tiré d’un faits divers réel qui s’est déroulé en 2005 en Roumanie. Cristian Mungiu, Palme d’Or 2007,  a, par ailleurs, reçu le prix du scénario pour ce film.

 

  Pour le Prix de la mise en scène, c’est le Mexicain Carlos Reygadas pour « Post tenebras lux » qui a été récompensé pour une parabole sur la violence qui étreint le Mexique, accueilli de façon très mitigée par les festivaliers et éreinté dans la presse. Le cinéaste, qui s’exprimait en français, a remercié le jury composé « d’hommes et de femmes libres, je pense », ainsi que « les membres de la presse qui n’ont pas arrêté de me flatter depuis trois ou quatre jours », a-t-il ironisé.

 

Un cinquième prix pour Ken Loach

 

  La seule comédie en compétition, « La part des anges », du Britannique Ken Loach, a reçu le Prix du Jury. « Cannes nous montre que le cinéma n’est pas qu’un divertissement », a déclaré le réalisateur britannique de 75 ans, un habitué de Cannes, en recevant son cinquième prix à Cannes, qu’il a dédié à ceux qui « résistent aux plans d’austérité dans le monde ».

 

  La Caméra d’or, prix récompensant un premier film toutes sélections cannoises confondues, a couronné le film américain « Les bêtes du Sud sauvage », conte philosophique en Louisiane, illuminé par une fillette de 6 ans qui crève l’écran.

 

  Le réalisateur turc Rezan Yesilbas, 34 ans, a remporté la Palme d’or du court métrage pour « Silence » (« Sessiz be Deng » en turc).

- Advertisment -