vendredi 1 mars 2024

Le retrait par le Maroc de la confiance à Ross est un « pas positif » » (ONG) »

-

 

 

 

Lareleve.ma-MAP

 

  Le Mouvement mondial pour le soutien de la question du Sahara marocain et du parachèvement de l’intégrité territoriale a affirmé que l’envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara, Christopher Ross, a perdu toute crédibilité et dépassé les prérogatives qui lui sont assignées par le Conseil de sécurité, notant que le retrait de confiance à Ross de la part du Maroc est un « pas positif ».

 

  L’envoyé de l’ONU, qui a été chargé de la médiation dans le conflit artificiel sur le Sahara depuis 2009, a commis plusieurs dérapages et s’est éloigné de la logique de neutralité et d’objectivité en remettant en cause les paramètres de négociation, a souligné l’ONG dans un communiqué de son bureau exécutif parvenu à la MAP.

 

  Christopher Ross n’a pas accompli sa mission de médiateur conformément aux Résolutions du Conseil de sécurité sur le dossier du Sahara, a fait savoir l’ONG ajoutant que celui-ci s’est mis du cô té de l’adversaire pour nuire au processus de négociations.

 

  Le Mouvement a indiqué qu’au moment où la communauté internationale a salué le processus de réformes politique, économique et social que connait le Maroc ainsi que les réalisations accomplies dans les Provinces du Sud et le rô le crucial du Conseil régional des droits de l’Homme dans les régions de Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra et Oued Eddahab-Lagouira, l’envoyé spécial a passé sous silence les souffrances et les violations graves des droits de l’Homme dont sont victimes les populations sahraouies dans les camps de Tindouf.

 

  L’ONG a, en outre, appelé la communauté internationale à intervenir pour mettre un terme aux souffrances des populations sahraouies dans les camps de Tindouf et à ouvrir une enquête sur les aides internationales qui leur sont destinées, appelant également au gel des négociations jusqu’au recensement des séquestrés de Tindouf.

 

  Le Maroc avait annoncé le 17 mai le retrait de sa confiance à Christopher Ross en raison de « ses agissements marqués par son renoncement aux principes fondateurs des négociations tels que définis par les résolutions du Conseil de sécurité, et par sa ligne de conduite déséquilibrée et partiale dans de nombreuses situations », appelant au redressement du processus de règlement de cette question.

- Advertisment -