lundi 27 mai 2024

Le travail des enfants au Maroc : Une lutte persistante mais des progrès notables

-

Le 12 juin 2023 marque la célébration de la Journée mondiale de lutte contre le travail des enfants, un événement d’une grande importance visant à sensibiliser à ce phénomène et à travailler ensemble pour y mettre fin. Au Maroc, les chiffres révèlent une diminution significative du nombre d’enfants au travail, mais des efforts supplémentaires restent nécessaires pour éradiquer ce fléau.

Selon les données du Haut-commissariat au Plan, en 2022, parmi les 7 690 000 enfants âgés de 7 à 17 ans au Maroc, 127 000 étaient engagés dans une activité économique, ce qui représente 1,6% de cette tranche d’âge. Les statistiques montrent que ce phénomène est plus répandu chez les garçons que chez les filles et est souvent lié à la déscolarisation. Ainsi, 81,5% des enfants au travail sont des garçons, 91% ont entre 15 et 17 ans et 82% vivent en milieu rural. De plus, 12,2% d’entre eux sont encore scolarisés, 85,3% ont quitté l’école et 2,5% n’ont jamais fréquenté l’école.

Cependant, malgré ces chiffres encourageants, le travail des enfants persiste dans certaines régions et secteurs économiques du pays. En milieu rural, 76,5% des enfants au travail se trouvent dans le secteur de l’agriculture, de la forêt et de la pêche, tandis qu’en milieu urbain, les secteurs des services (56,3%) et de l’industrie (24,7%) sont les principaux employeurs d’enfants. Près de 60% des enfants au travail effectuent des tâches dangereuses, avec une prévalence plus élevée dans l’industrie et la construction.

L’étude met également en lumière le contexte familial des enfants au travail. Environ 89 000 ménages, soit environ 1% des ménages marocains, sont touchés par ce phénomène, principalement dans les zones rurales (69 000 ménages contre 21 000 en milieu urbain). De plus, près de 8,3% de ces ménages sont dirigés par des femmes. Les ménages de grande taille sont davantage touchés, avec une augmentation proportionnelle du pourcentage de ménages ayant au moins un enfant au travail, passant de 0,4% pour les ménages de trois personnes à 3,2% pour ceux comptant six personnes ou plus.

Les caractéristiques socioprofessionnelles des chefs de ménage jouent également un rôle déterminant dans la prévalence du travail des enfants. Les chiffres révèlent que 48,4% des enfants au travail proviennent de ménages dirigés par des exploitants agricoles, 17,1% par des manœuvres, 20,7% par des cadres moyens, des employés, des commerçants, des conducteurs d’installations ou des artisans, et 13,4% de ménages dirigés par des inactifs. Le phénomène est pratiquement inexistant au sein des ménages dirigés par des cadres supérieurs.

Bien que des progrès notables aient été réalisés dans la lutte contre le travail des enfants au Maroc, il est évident qu’il reste encore beaucoup à faire pour protéger les droits des enfants et leur offrir une éducation et un avenir prometteurs. Les efforts conjoints des autorités, des organisations non gouvernementales et de la société civile sont indispensables pour éradiquer définitivement ce phénomène préjudiciable à la jeunesse du pays. La Journée mondiale de lutte contre le travail des enfants est une occasion de rappeler l’importance de cette cause et de mobiliser les ressources nécessaires pour assurer un avenir meilleur aux enfants du Maroc.

- Advertisment -