jeudi 25 avril 2024

L'Algérie a cherché par tous les moyens à imposer son hégémonie en Afrique du nord

-

L’Algérie a cherché durant des décennies et par tous les moyens à imposer son hégémonie dans la région de l’Afrique du Nord, écrit le centre d’analyse colombien spécialisé en analyses politiques et stratégiques en Amérique latine « CPLATAM ».

 

« Cette aspiration a échoué en raison de la même condition que le régime a imposée, en dépit des possibilités énormes et des ressources immenses dont regorge le pays, contrairement aux autres pays de la région », relève CPLATAM, qui est un observatoire de suivi de la conjoncture politique et de l’actualité régionale.

S’agissant de ces relations avec ses voisins, l’article note que l’Algérie n’a pas bien apprécié le rapprochement entre les Etats-Unis et la Tunisie désignée formellement en 2015 par l’ancien président Barack Obama en tant qu' »allié principal non membre de l’OTAN », souligne l’observatoire dans un article sous le titre « la (des) union du Maghreb ».

Alger « se sent mal à l’aise au sujet d’une présence militaire d’Occident au Sahel ou de l’Otan près de ses frontières », ajoute-t-on.

Citant l’expert militaire algérien, Akram Kharief, l’auteur de l’article explique que l’Algérie ne souhaite pas que l’Otan ait un contrôle aérien près de ses frontières et voit dans les drones une ligne rouge absolue, même si le pays maghrébin les utilise ».

Et d’expliquer que les réticences d’Alger face au positionnement stratégique de la Tunisie tiennent aussi aux craintes de voir ce nouveau positionnement affecter l’objectif d’Algérie de convaincre le gouvernement Trump de son statut de leadership pour la stabilité du Maghreb.

 

- Advertisment -