mardi 23 avril 2024

Tindouf : prise d’assaut du QG De la Pseudo-rasd, après l’assassinat d’un opposant (vidéos)

-

C’est le ras-le-bol chez les séquestrés dans les camps de Tindouf. Selon des témoignages, rapportés dans des vidéos qui circulent sur les réseaux sociaux, depuis ce samedi 16 juin, le QG du Polisario à Rabbouni, en territoire Algérien, a été le théâtre de violents accrochages entre les milices du Polisario et des manifestants en colère.

Le contenu de ces vidéos indique que le siège du Secrétariat général de la fantomatique «Rasd» a été attaqué par des centaines de manifestants déchaînés. Les jeunes, révoltés par la mort d’un jeune des leurs tué par les milices du Polisario, en plus des conditions humanitaires chaotiques qui règnent dans les camps, ont investi les lieux chassant Ibrahim Ghali le contraignant de quitter les lieux par la porte de derrière.

Les milices du Polisario ont trouvé du mal à maîtriser les insurgés, avant de procéder à des tires d’armes Pour étouffer cette révolte dans le sang..

Selon des sources médiatiques, ces affrontements ont éclaté après l’arrestation d’un jeune, et son incarcération à la prison de Dheibya. Le prévenu, appartenant à la tribu Yeggout, a été assassiné dans les geôles par les milices du polisario prétendant qu’il s’agissait d’un suicide. Seulement voila, les séquestrés de Tindouf  en ont ras le bol avec ses histoires, ne pouvant plus accepter d’avaler d’autres couleuvres, ils ont décidé de marcher droit vers le QG de leurs bourreaux qui ont trouvé du mal à les faire reculer. Moins de quatre heures ont suffi pour prendre d’assaut tous les locaux par les manifestants en colère.

La famille de l’opposant sahraoui affirme détenir des preuves sur l’assassinat de son fils à la prison de Dheibya, crime que la direction du Polisario a maquillé en suicide.

La tribu Yagout à laquelle appartient le défunt avait adressé une lettre au secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, demandant que les responsables de ce crime soient déférés devant la Cour pénale internationale à La Haye.

Les évènements, de ce weekend, traduisent le ras-le-bol des séquestrés après de longues années de répression et de terreur. Une persécution qui a touché, en premier lieu, les minorités et les opposants à la politique du clan de Ghali, considérés comme des éléments subversifs. Selon ses même sources ces dernières manifestations ont été menées par les membres de la tribu « Yeggout »..

 

 

 

- Advertisment -