dimanche 23 juin 2024

Cannes Day 5 : La tempête

-

 

 

 

 

Lareleve.ma-Reuters

 

  Du jamais-vu ! Non pas que je me sois rabiboché avec le cinéma de Michael Haneke -Amour est une ode à la vie qui s’éteint et à l’amour éternel, étonnamment son film le plus chaleureux sur un sujet si triste- mais plutôt les effets du déluge météorologique qui handicape le Festival depuis maintenant trois jours. 

 

  Les célébrations du 65e Festival de Cannes se sont ainsi déroulées hier soir sous un déluge de pluie et de vent, les smokings humides et les brushings dégonflés par la tempête. Le dîner ou l’on croisait quelques grands habitués du palmarès cannois -Polanski, Salles, Dardenne, Ken Loach, Kiarostami et même Jean Dujardin- a pourtant bien eu lieu, offrant à Aurélie Filippetti, la nouvelle ministre de la Culture, sa première sortie cannoise avec trench beige de rigueur sur la robe noire pour éviter le rhume. 

 

  Vous l’aurez compris. La phrase de l’année à Cannes, ce n’est plus le traditionnel « C’est quoi ta palme ? » mais bien   « Mais c’est quoi ce temps de m…. ! ». Le coup de mer qui a touché la Croisette a même fait se décoller une partie du toit de la salle du soixantième anniversaire -entrainant l’annulation de deux projections- et pire, fait s’affaisser la structure temporaire de la plage What Else ! (Désolé, pas le droit de citer de marques). 

 

  En tout cas, la météo chafouine a au moins le mérite de renvoyer les gens dans les salles de cinéma. Et puis ce soir, tout sera oublié pour la Fête du cinéma français organisée par Studio Ciné Live et Unifrance. Le mauvais temps sera dernière nous. L’espoir fait vivre, non?! 

- Advertisment -