mercredi 22 mai 2024

Aïd Al-Adha: les Marocains comptent sur une éventuelle baisse des prix

-

À l’approche de Aïd Al-Adha, plusieurs citoyens attendent la baisse des prix des moutons lors des derniers jours avant la célébration. Ils espèrent que les importations des moutons qui se poursuivent contribueront en effet à cette baisse.

Les importations des moutons d’Espagne, du Portugal et de Roumanie se maintiennent. Et ceci suscite un élan d’espoir chez les citoyens qui espèrent observer une certaine baisse des prix de ces moutons avant le jour de l’Aïd. 

Sur les réseaux sociaux, certaines voix prennent de l’ampleur. Des Marocains appellent à la prudence avant l’achat des moutons sous prétexte que les prix vont baisser au vu de l’abondance sur le marché. Il y a même des vidéos qui circulent en ce moment où l’on voit des camions chargés se préparant à entrer au Maroc. 

Selon Mohamed Jabli, président de la Fédération marocaine des acteurs de la filière élevage, dans une déclaration à SNRTnews, une partie des Marocains attendent la veille de l’Aïd pour acheter leur mouton tandis que d’autres hésitent en pensant que les éleveurs vendront à des prix plus bas. 

Parallèlement, des vendeurs préfèrent attendre plutôt que de vendre maintenant. Ceux-là ont opté pour vendre 2 ou 3 jours avant l’Aïd pour ainsi faire monter les prix des moutons, affirme la même source. 

Concernant le prix actuel, les prix des moutons dits marocains sont en hausse par rapport aux années précédentes. La raison? Les prix des fourrages et des aliments sont en hausse depuis un bon bout de temps. La sécheresse que vit le Royaume a elle aussi impactée les prix cette année, indique Jabli. Toutefois, le prix des moutons importés varie entre 47 et 57 dirhams le kilogramme contre 75 et 85 dirhams pour les moutons « marocains ».

Pour rappel, le gouvernement avait indiqué en mai 2023 que pas moins de 3.5 millions de têtes avaient été recensées. De son côté, le ministère l’Agriculture avait révélé dans un communiqué qu’il existe environ 214.000 unités potentielles pour l’engraissement et la préparation des moutons et des chèvres pour l’Aïd Al-Adha. Il a souligné que l’état sanitaire du troupeau était satisfaisant, notant que le suivi sanitaire du troupeau était régulièrement effectué par les services de l’Office national de la sécurité sanitaire des produits alimentaires et les vétérinaires spécialisés.

- Advertisment -