vendredi 23 février 2024

Ses nièces l’accusent d’inceste mais la justice le blanchit

-

 

 

 

 Abderrafii ALOUMLIKI

 

  Ses nièces l’accusent d’inceste mais la justice le blanchit Il tombe amoureux de Manal, une jeune et belle fille de dix-sept ans, très charmante et toujours souriante. Dès la première rencontre, il s’ouvre à elle clairement, sincèrement, sérieusement, directement sans détour : il veut la marier et c’est tout.

 

  Il tombe amoureux de Manal, une jeune et belle fille de dix-sept ans, très charmante et toujours souriante. Dès la première rencontre, il s’ouvre à elle clairement, sincèrement, sérieusement, directement sans détour : il veut la marier et c’est tout. Elle accepte sans hésitation. La relation est désormais consolidée entre les deux. Ils sortent ensemble, bavardent, plaisantent et rêvent de leur avenir. La main dans la main, ils traînent dans les ruelles du douar Jaouane, commune rurale d’Aghbal, située sur la Route nationale n° 2 reliant la ville d’Oujda à Berkane.

 

  Pleine de joie, Manal avoue à sa mère l’existence d’une relation avec un jeune homme qui viendra la demander en mariage. Effectivement, quelques jours plus tard, le jeune homme devient, le plus tôt possible, le fiancé qu’il rêvait être, vivant sous le même toit avec sa bien-aimée. L’absence d’un acte de mariage ne les empêche pas de profiter de quelques bons moments. Elle ne s’abstient pas, elle se laisse faire pour vivre des aventures amoureuses sur un même lit. A un certain moment, le jeune fiancé est surpris par le fait que Manal n’était pas vierge.

 

  Qui a donc été l’auteur de sa défloraison, se demande-t-il? Toute en larmes, elle lui confie le secret qu’elle a caché pendant des années : son oncle abusait de son corps depuis son septième printemps jusqu’à son onzième. Hébété, le fiancé n’en croit pas ses oreilles. Vite, il compose le numéro de téléphone de l’oncle et lui reproche ce qu’il a fait subir à sa nièce. L’oncle le sollicite de la marier quitte à la répudier ensuite sans dévoiler le secret, pour taire le scandale. Il le supplie et lui promet de prendre en charge tous les frais. Hors de lui, le fiancé repousse l’offre de l’incestueux et décide de tout dévoiler à tout le monde.

 

  La deuxième mauvaise surprise : la deuxième fille, Imane, sœur de Manal, âgée de huit ans, confie à ses parents qu’elle était également victime d’abus sexuel de la part de son oncle. Le gynécologue atteste qu’elle n’est pas vierge. Une perte de virginité qui remonte à plus d’un an. Une plainte a été déposée. Les gendarmes se mobilisent, arrêtent l’oncle et le soumettent aux interrogatoires. Il nie avoir abusé de ses deux nièces. «Il s’agit d’un coup monté», se disculpe-t-il. Le parquet général et le juge d’instruction près la Cour d’appel d’Oujda ne le croient pas et le maintiennent en détention préventive. Entre-temps, le jeune fiancé est arrêté. Il est accusé d’avoir abusé sexuellement de «sa fiancée». Celle-ci le blanchit en affirmant avoir partagé de son plein gré le même lit avec son fiancé. Et pourtant, la Cour n’a pas pris en considération ses arguments. Le mercredi 16 mai, cette Cour a jugé le jeune fiancé coupable d’adultère et l’a condamné à un an de prison avec sursis. Et l’oncle ? Il est acquitté, le même jour par le même tribunal qui a condamné l’honnête fiancé.

- Advertisment -