vendredi 23 février 2024

Le prince Hicham et le sale jeu du Baathisme

-

 

 

 

 

Mohamed Inejdi

  Les positions anti-amazighs de Hicham Alaoui ne cessent de susciter des réactions critiques de la part des militants Amazighs, qui voient dans les propos tenus par Hicham lors de sa dernière conférence à HEC Paris, des rémanences  d’une pensée totalitaire qui subsume toute la diversité des populations de ces régions et du Maroc en particulier faisant valoir le prisme d’une ethnie arabe sous lequel on trouve mobilisés des relents de discrimination et d’exclusivisme.

 

 

  Dans son communiqué, le Collectif des Amazighs de France pour le Changement Démocratique au Maroc, a vivement critiqué les allégations du « Prince Rouge », Comme il aime être appelé,  qui « n’a cessé de marteler un discours has been décliné à la sauce des « Arabes », du « Monde arabe », du « Printemps arabe », etc. pour analyser les dernières contestations qui ont traversé ces régions. »

 

 

  Pour ceux qui connaissent le prince, ces propos ne sont pas surprenants tant Hicham affiche sa  fierté d’appartenir à une lignée « pure Arabe », liée par sa mère au clan libanais AL ASSOLH et au Saoudien Walid Ben TALAL (propriétaire de Rotana TV et consœurs). Il pense, de ce fait, que ce lignage lui procurerait une certaine légitimité à prétendre au trône de son cousin le Roi Mohammed VI.

 

 

  Il se place ainsi dans la même lignée qu’un autre prétendant au trône qui n’est autre qu’Abdeslam Ait Alkhoukh (alias Yassin) chef spirituel délirant de la nébuleuse Al Adl walihsan.

 

 

  En avançant de tels propos, serait-il en train de jouer le sale jeu des Baathistes qui ont conduit leurs pays à la dérive et au chaos dont souffrent les Irakiens et les Syriens..

 

 

  En se qualifiant de nationaliste arabe et héraut du panarabisme, Hicham Al Alaoui continue de nourrir le fascisme panarabe auquel il s’entête à trouver, étrangement, des charmes insoupçonnés en dépit de ses horribles crimes et de ses insoutenables génocides. Bechar Al Assad est une démonstration des plus marquantes  de cette idéologie archaïque et caduque qui prône un discours ouvertement raciste, ethniciste et contre toute volonté du peuple marocain et des démocrates authentiques de par le monde.

 

 

  Hicham ne lésine pas sur les moyens pour semer la zizanie et pour perturber le processus de démocratisation et des réformes politiques et constitutionnelles entamées par notre pays, constituant ainsi un modèle exceptionnel dans la région. En effet notre prince n’arrête pas de s’adresser à tous les médias  multipliant interviews rencontres et débats pour donner son avis de « grand politologue et spécialiste de la région ! ».

 

 

  Dans sa rencontre au HEC de Paris, et pour donner une légitimité à son discours ouvertement arabiste et au-delà sa propre légitimité politique (car, il faut le souligner, notre prince nourrit d’importantes ambitions éminemment politiques), Hicham Alaoui affirme qu’il possède, sans que personne ne le lui demande, des preuves archéologiques prouvant que les premiers peuples qui ont habité l’Afrique du Nord n’étaient pas amazighs. Ce qui en dit long sur la culture de notre prince. L’histoire de l’Afrique du nord et sa paléontologie est connue de tous  et ce, grâce aux travaux d’éminents anthropologues tel Malika Hachid et paléo-anthropologues tel YVES COPPENS, cette éminence grise qui a été reçue en compagnie de chercheurs du CNRS à Agadir en décembre-2010, par Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

 

 

  Et au prince Rouge qui ne voit d’origine aux nord- africains que dans son cher Moyen-Orient, nous citons encore pour information le célèbre anthropologue YVES COPPENS, découvreur de Lucy, dans l’un de ses entretiens « :Le berceau de l’humanité a été largement agrandi par la découverte qu’a faite Michel Brunet au Tchad, de Toumaï et Abel. La vallée du Rift s’est avérée trop étroite. Ce berceau s’est élargi à l’arc tropical. Mais il reste toujours en Afrique. Cela dit, la science est froide, et je me rallierai à toute découverte nouvelle si les preuves sont convaincantes ».

 

 

  Quoi donc de plus pertinent pour clore cet article que de citer les spécialistes en la matière, pour démontrer que   Hicham n’a absolument rien compris à l’histoire de son pays et, partant, au combat des Amazighs pour la restitution de cette histoire, tant ses allégations sont tout sauf convaincantes.

 

 

- Advertisment -