mercredi 28 février 2024

Éducation nationale: Les coordinations compromettent l’avenir des Marocains et ouvrent la porte aux opportunistes

-

Malgré les défis économiques majeurs auxquels le Maroc est confronté, affectant directement la vie quotidienne de tous les Marocains, le gouvernement a convenu avec les centrales syndicales d’une augmentation salariale historique sans précédent pour les enseignants. Cet accord vise à concilier les intérêts des enseignants marocains avec l’espoir de rétablir la vie pédagogique dans les salles de classe après des interruptions continues.

Bien que le gouvernement ait approuvé une augmentation considérable des salaires dans le secteur de l’éducation, la question qui se pose est de savoir pourquoi les salles de classe restent vides, alors qu’il pourrait y avoir d’autres formes de protestation sans priver les élèves de leur droit à l’éducation. Des alternatives, telles que le port de signes de protestation, pourraient être envisagées en attendant la résolution des autres problèmes en suspens, outre l’augmentation des salaires. Cela permettrait de sauver l’année scolaire et d’éviter que les élèves marocains et leurs parents ne subissent les conséquences d’une année blanche.

La situation actuelle ne supporte plus d’escalade. Des millions d’élèves marocains voient leur avenir scolaire en suspens, et il est impératif qu’ils retournent en classe. Il incombe aux acteurs responsables de l’éducation d’assumer leur responsabilité historique pour sauver ce qui reste de l’année scolaire. Les enseignants comprennent mieux que quiconque la valeur de la mission éducative et son impact sur la société.

Bien que le gouvernement ait assumé pleinement sa responsabilité pour résoudre le dossier et a approuvé une augmentation historique des salaires, il est temps que les enseignants reviennent en classe. Il est injuste de sacrifier le destin de millions d’élèves, et il n’y a aucune justification pour continuer à les priver de leur droit à l’éducation. À moins qu’il n’y ait d’autres forces exploitant la situation pour des desseins politiques, en utilisant le dossier des enseignants pour entraîner le pays dans une impasse.

L’esprit patriotique bien connu chez les enseignants devrait pencher en faveur de la rationalité et permettre aux enfants marocains de retourner dans les salles de classe, tout en laissant aux enseignants le droit de protester s’ils estiment que le gouvernement ne respecte pas ses engagements.

Tout le monde attend une initiative des coordinations syndicales, qui doivent soit agir de manière responsable en ramenant les élèves dans les salles de classe, soit continuer à escalader, poussant l’éducation publique au bord du gouffre et compromettant l’avenir de millions d’élèves, sans aucune responsabilité ni compassion envers eux et leurs parents qui voient l’avenir de leurs enfants s’évaporer sans pouvoir trouver de solution.

Nous avons atteint un stade où il est unanimement reconnu que l’amélioration des conditions des enseignants est nécessaire, même aux dépens des poches des Marocains. Après l’approbation par le gouvernement d’une augmentation générale des salaires dans le secteur de l’éducation, les syndicats n’ont plus d’excuse pour maintenir le blocage pendant la saison scolaire et intensifier les tensions. Le rôle des enseignants est finalement de veiller aux intérêts de millions d’élèves, et ils n’ont aucune excuse pour continuer à les mettre en danger, car leur intérêt reste au-dessus de toutes considérations.

Source telexpresse.com

- Advertisment -