vendredi 1 mars 2024

CESE : 8 femmes sur 10 se trouvent déjà en dehors du marché de travail

-

Malgré les avancées réalisées au Maroc en ce qui concerne la parité et l’employabilité des femmes, la sous-évaluation du potentiel féminin sur le marché de travail et les discriminations envers la femme persistent. C’est ce qui ressort du dernier rapport annuel du Conseil économique, social et environnemental. Les détails

Le Maroc continue de progresser dans le classement mondial relatif à l’égalité entre les sexes en passant de la 144ème place mondiale à la 136ème place « Malgré cette progression, le Maroc demeure parmi les dix derniers pays au niveau mondial dans ce classement. Sur les 13 pays de la région MENA, le pays se situe à la dixième place », lit-on dans le rapport annuel du CESE.

Le document du département d’Ahmed Reda Chami précise que 8 femmes sur 10 se trouvent déjà en dehors du marché de travail. « Etant à 73,7% des femmes au foyer, les femmes en dehors du marché de travail se consacrent à 54% à la garde des enfants et aux tâches domestiques. Elles sont également responsables de 84% des activités domestiques. De plus, elles jouent un rôle essentiel dans l’éducation de leurs enfants, assurant 70% des services de soutien à l’enseignement ».

L’entrée de la femme dans la vie active ne l’a pas libéré de ses charges familiales comme le souligne le rapport du CESE qui précise que les femmes consacrent en moyenne 6 fois plus de temps que les hommes aux travaux domestiques; « les femmes consacrent aux travaux ménagers à l’intérieur et à l’extérieur du domicile 4h17min contre 38min seulement par les hommes. La durée moyenne réservée aux travaux ménagers à l’intérieur du domicile (cuisine, vaisselle, linge, etc.) est de 3H51min par jour pour les femmes et 5 min pour les hommes ». Et d’ajouter « Ce temps est de 4H 36 min pour les femmes au foyer contre 3H17 min pour celles actives occupées et de 4H45 min pour les femmes mariées contre 2H52 min pour les célibataires. L’entrée de la femme dans la vie active ne l’a donc pas libéré de ses charges familiales ».

Un écart salarial significatif

A part la discrimination, et la lourdeur des tâches imposées aux femmes, le rapport du CESE pointe du doigt un autre point important: le potentiel des femmes demeure sous valorisé dans le marché de travail. « Les diplômées de l’enseignement supérieur se heurtent à d’importantes difficultés pour accéder à l’emploi (33% contre 22% parmi les hommes) ». Et d’ajouter « Lorsqu’elles parviennent à accéder à un emploi, celui-ci demeure de faible qualité, dominé par un emploi non-rémunéré et marqué par de fortes inégalités en termes de rémunération. 64% des femmes actives occupées ont un emploi rémunéré contre 91% pour les hommes. La quasi-totalité des branches présente un écart salarial significatif de l’ordre de 30% en défaveur des femmes. Cet écart est très fort dans l’industrie, où l’indice de parité s’élève à 2,45. Elles restent en général, les femmes occupées dans des secteurs à faible productivité ».

16,2% des entreprises au Maroc sont dirigées par des femmes

Le rapport du CESE précise que seulement 16,2% des entreprises actives sont dirigées par des femmes, dont 14,6% sont des entreprises personnes morales, 16,3% sont des entreprises personnes physiques et 25,5% sont des auto-entrepreneurs. 

Les activités des médecins généralistes et pratiques dentaires, de coiffure et de soins de beauté, de blanchisserie-teinturerie et de l’enseignement enregistrent les parts les plus importantes de l’entrepreneuriat féminin.

Il est par ailleurs à signaler que seulement 33%57 des femmes sont financièrement incluses au Maroc.

Conscient que l’impact de ces freins que rencontrent la femme sur la société, le CESE recommande de :

– Engager une réflexion visant à valoriser le travail domestique des femmes au foyer en vue de renforcer leur autonomie économique, en envisageant des mesures telles qu’un revenu minimal ou des sources de financement adaptées à leur situation.

– Veiller à ce que la révision du code de la famille préserve les droits économiques des femmes et les protège contre toutes discriminations.

– Alléger les responsabilités pesant sur les femmes en termes de charges familiales, notamment en garantissant la disponibilité de services de garde de qualité pour les enfants en bas-âge dans les administrations et les entreprises.

– Réduire les écarts de salaires hommes-femmes dans le secteur privé et lutter contre les pratiques discriminatoires de promotion de carrière.

– Renforcer la qualité des transports publics dans le but de sécuriser le trajet des femmes vers leur lieu du travail.

– Promouvoir et valoriser l’entrepreneuriat des femmes au Maroc.

- Advertisment -