lundi 30 janvier 2023

Coupe du Monde: La qualification du Maroc vue par la presse internationale

-

La presse internationale ne tarit pas d’éloges envers la sélection nationale du Maroc, qualifiée première de son groupe.

Le quotidien l’Equipe, média sportif incontournable en France, fait part de son admiration de la qualification de l’équipe nationale. « Trente-six ans après, le Maroc est de retour en huitièmes de finale. Les joueurs de Walid Regragui ont réussi la magnifique performance de terminer premiers d’un groupe F dans lequel figuraient la Croatie, vice-championne du monde, et la Belgique, troisième du Mondial russe », décrit le quotidien.

Le ton est similaire chez leurs confrères de SoFoot. « Un art de souffler le chaud et le froid qui porte la marque de leur pragmatique entraîneur, Walid Regragui. Un coach nommé en août dernier, qui n’a eu besoin que de quelques mois pour emmener les siens en huitièmes de finale du Mondial. Une première pour le Maroc, depuis 1986 », peut-on lire d’emblée.

« Une seule fois dans son histoire, le Maroc avait atteint les huitièmes de finale d’un Mondial. Trente-six ans après la Coupe du monde mexicaine, les Marocains vont retrouver la phase finale après leur succès difficile face au Canada ce jeudi (1-2). Mieux, les coéquipiers d’Hakim Ziyech finissent premier du groupe F devant la Croatie », écrit de son côté Eurosport.

« Le Maroc attaque bien et défend mieux »

Même son de cloche en Espagne, nation que le Maroc s’apprête à affronter lors du prochain match. « Le Maroc a récidivé 36 ans plus tard. L’équipe nord-africaine s’est qualifiée pour les huitièmes de finale de la Coupe du monde, après avoir battu le Canada 1-2, égalant ainsi le meilleur bilan de son histoire », écrit le quotidien AS.

« Aujourd’hui, le Maroc rêve d’atteindre des sommets encore plus élevés. Son niveau est certainement à la hauteur », relève le journal dans son analyse de l’équipe nationale, qui affrontera mardi la sélection espagnole, en huitième de finale de ce rendez-vous planétaire, mettant l’accent sur le potentiel des Lions de l’Atlas, qui a tenu en échec la Croatie et battu la Belgique.

Emmené par le jeune Hoalid Regragui, le Maroc, qui a pris ses marques en seulement trois matchs, « attaque bien et défend mieux », soutient la publication.

« Tout au long de la compétition, le Maroc a montré qu’il est une équipe bien rodée, avec une grande force défensive », souligne, dans le même sens, Marca. Et de poursuivre: « Après avoir perdu de justesse contre l’Allemagne de l’Ouest à Mexico 86, les Lions de l’Atlas rêvent maintenant d’entrer dans l’histoire », assurant que la qualification au second tour du Mondial place le Maroc parmi les 16 meilleures équipes du monde.

Et chez le Canada?

Les paroles des journalistes nord-américains vont dans le même sens que celles de leurs confrères en Europe. « Le Maroc représentait un espoir pour la région en tant que seul pays arabe pouvant encore accéder au prochain tour de la première Coupe du monde organisée au Moyen-Orient, » relève le New York Times, notant que le Maroc « a été la seule équipe de son groupe à gagner deux fois, en battant le Canada et la Belgique ».

De son côté, le magazine spécialisé Sports Illustrated affirme que le Maroc « a créé la plus grosse surprise des phases de poules en terminant en tête d’un groupe F difficile ».

« Contre Azzedine Ounahi, Abdelhamid Sabiri et – surtout – Sofyan Amrabat, le milieu de terrain (du Canada, ndlr) a été dépassé, » note, pour sa part, Radio Canada. « Les leçons du match contre la Croatie, visiblement, n’avaient été qu’à demi apprises, », ajoute le média canadien.

Quant à l’agence « La Presse Canadienne », elle souligne que les grandes vedettes de la sélection canadienne n’ont « pas fait la différence » face au Maroc. « Alphonso Davies a perdu un grand nombre de ballons dans des excès d’individualisme », ajoute la même source, notant que « Jonathan David a malheureusement été transparent ».

- Advertisment -