mardi 27 février 2024

Quatre hommes arrêtés après l’explosion d’une bombe près d’un ministère en Grèce

-

La police grecque a annoncé samedi avoir arrêté quatre hommes accusés de détenir des explosifs, une semaine après l’explosion d’une bombe devant le ministère du Travail à Athènes. 

La bombe, qui a explosé à l’aube du 3 février sans faire de victimes, avait été placée dans un sac à dos et accrochée aux grilles en face du ministère.

Les suspects ont été arrêtés vendredi «pour fabrication et possession d’explosifs et de matériel incendiaire», a déclaré la police dans un communiqué samedi.

Ces arrestations n’ont pas été immédiatement liées à l’explosion, mais l’un des hommes avait par le passé été lié à un groupe extrémiste, précise le communiqué de la police.

Selon les médias grecs, ce groupe est la Conspiration des cellules de feu, une organisation anarchiste dont les membres purgent de longues peines de prison pour avoir perpétré des attentats à la lettre piégée.

Une source anonyme qui avait appelé un quotidien grec pour l’avertir de l’imminence de l’explosion du 3 février a affirmé être membre de l’Autodéfense de la classe révolutionnaire, une organisation inconnue jusqu’ici.

Les attaques contre des établissements publics, des banques et des représentations diplomatiques sont récurrentes en Grèce depuis des années. Ils sont généralement attribués à des mouvements d’extrême gauche ou anarchistes.

- Advertisment -