jeudi 22 février 2024

Depuis septembre, la retenue des barrages renforcée avec des importations supplémentaires de 646 millions de mètres cubes

-

La capacité des barrages s’est renforcée depuis le mois de septembre et jusqu’à présent, avec des importations supplémentaires ayant atteint un total de 646 millions de mètres cubes, a affirmé lundi à la Chambre des représentants, le ministre de l’Équipement et de l’Eau, Nizar Baraka.

En réponse à des questions orales relatives à « l’accélération des chantiers programmés pour l’approvisionnement en eau potable« , le ministre a indiqué que les récentes précipitations enregistrées dans plusieurs régions du Royaume ont permis de ramener le déficit hydrique de 70% à 57% par rapport aux années normales et à 37% par rapport à l’année dernière, faisant toutefois observer que le taux de remplissages des barrages est de 23,2% en comparaison avec les 31,7% enregistrés l’année dernière.

Il a relevé, dans ce sens, que le taux d’importations en eau atteint 3,7 milliards de mètres cube, contre 5 milliards de mètres cubes enregistrés l’année dernière, rappelant à cet égard la séance de travail présidée la semaine dernière par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, à l’issue de laquelle « une nouvelle feuille de route et un programme urgent ont été mis en place pour faire face à ces problématiques« .

Dans ce registre, M. Baraka a relevé le début de l’exploitation de nombreux nouveaux barrages dans les régions de Tiddas, Toudgha, Fask, Agdez et Zagora, notant la mise en marche au cours de l’année des barrages de Ghriss, Amdaz, Koudyat El Berna à Sidi Kacem, et l’accélération de la réalisation de 13 autres barrages en cours de construction.

S’agissant de l’exploitation de l’eau des barrages, le ministre a annoncé la mise en place dans de nombreux barrages importants de pompes flottantes en vue d’être utilisées dans l’agriculture et l’approvisionnement en eau potable afin de faire face aux problématiques actuelles, outre la réalisation de plusieurs forages exploratoires pour l’approvisionnement en eau potable.

Concernant l’accélération des stations de dessalement, M. Baraka a indiqué que la convention signée en avril dernier avec l’Office Chérifien des Phosphates pour les villes de Safi et El Jadida permettra de fournir 100% d’eau potable à partir du dessalement, estimant qu’il s’agit d’un ouvrage majeur qui contribuera à réduire la pression sur le barrage Al Massira et garantira l’approvisionnement en eau potable des populations de la région.

Le ministre a également souligné l’accélération de la construction des stations de dessalement qui sera entamée par l’ouverture de celle de Casablanca dans les prochaines semaines, ainsi que la station de Sidi Ifni qui sera réalisée courant 2024 et celle de Dakhla en 2025, ainsi que les travaux d’agrandissement de la station d’Agadir à l’horizon 2026, outre neuf autres stations dont les travaux seront lancés au cours de cette année ou le début de l’année prochaine.

En relation avec les stations mobiles de dessalement d’eau, le ministre a indiqué que plus de 42 stations mobiles sont en cours d’utilisation, outre l’acquisition de 20 nouvelles stations et de trois grandes stations mobiles de dessalement d’une capacité de 100 litres/secondes qui seront fournies à Taghazout, le nord d’Agadir, outre les stations d’eau saumâtre à El Kelaâ des Sraghna, Zagora, Taza, Sidi Kassem, Khemisset, Settat, Berrechid, Boujdour, Khénifra, Tinghir et Tan-Tan, ainsi que les stations qui seront mises à disposition dans des régions à Al Hoceima.

L’accent a également été mis sur le renforcement de l’approvisionnement en eau potable pour le monde rural par le biais de camions citernes et l’économie d’utilisation d’eau, a relevé le ministre, ajoutant que des mesures ont été prises pour limiter le gaspillage d’eau, la recherche de fuites d’eau dans les canaux, l’arrêt de l’utilisation de l’eau potable pour les espaces verts avec plus de 370 infractions constatées par la « police des eaux« .

- Advertisment -