dimanche 25 février 2024

Volubilis, un site archéologique exceptionnel qui n’a pas encore livré tous ses secrets

-

A une trentaine de kilomètres de la ville de Meknès, et non loin de Moulay Driss Zerhoun, s’érige l’un des sites archéologiques les plus riches et exceptionnels d’Afrique du Nord. Il s’agit de Volubilis, de son nom berbère Oualili, un atout archéologique et touristique pour la région de Meknès et le Maroc, en général.

Désignant la fleur colorée du liseron, plante abondante dans la région, Oualili est l’un des sites les plus riches de la période de l’empire romain en Afrique du Nord. Outre ses vestiges, la grande richesse de ses données épigraphiques en a fait un lieu exceptionnel d’une valeur culturelle et historique inestimable, de l’avis des historiens et des experts en la matière.

Le site est depuis des années la destination privilégiée des chercheurs archéologues à la quête de nouvelles découvertes, la cité n’ayant pas encore livré tous ses secrets.

Volubilis, le site archéologique le plus vaste du Maroc

Avec ses vestiges, ses colonnes en marbre, son temple, ses mosaïques, ses statues et son arc de triomphe et non des moindres, Volubilis est le site archéologique le plus vaste du Maroc avec 18 hectares. Sa surface totale est estimée, elle, à une quarantaine de hectares.

Il est le produit d’un échange d’influences depuis la Haute Antiquité jusqu’à l’arrivée de l’Islam. Sur ce site se sont succédé une multitude de cultures méditerranéenne, libyque et maure, punique, romaine et arabo-islamique ainsi que des cultures africaine et chrétienne.

Cette richesse culturelle et historique a valu à la cité d’être inscrite au Patrimoine Mondial de l’UNESCO en 1997 pour la mise en valeur notamment de ses nombreuses mosaïques qui ornent ses antiques demeures.

Ces mosaïques sont l’œuvre, selon les archéologues, des artisans locaux, en raison de la simplicité du décor et de leurs motifs souvent géométriques, semblables à ceux des tapis tissés par les Berbères. Depuis quelques années, ces chefs d’œuvres bénéficient d’une attention particulière de la part des départements concernés et de leurs partenaires.

Une nouvelle vie pour les mosaïques de Volubilis

Pour la valorisation et la préservation de cette richesse archéologique et historique du site, un projet a été lancé en 2022 pour la préservation des mosaïques historiques de Volubilis. Fruit d’une collaboration entre l’ambassade des Etats-Unis et une association locale, avec le soutien du ministère de la Culture, le projet a été achevé en décembre dernier, ce qui a permis aux mosaïques de retrouver une nouvelle vie en faisant appel à des artisans locaux supervisés par des experts marocains.

Doté d’une enveloppe de 189.000 dollars, le projet s’est concentré sur la restauration et la préservation des mosaïques historiques des 2e et 3e siècles inspirées de la mythologie gréco-romaine en particulier la Maison d’Orphée à Volubilis et des dizaines de panneaux de mosaïque du site de la cité romaine ancienne de Banassa, actuellement entreposés à Volubilis.

Le projet a permis, par ailleurs, de former des artisans locaux à la restauration et à la préservation des mosaïques visant à créer des moyens de subsistance durables dans la région.

Le projet de Volubilis a été financé par un fonds spécial dédié à la célébration du 20e anniversaire du Fonds des ambassadeurs américains pour la préservation culturelle, établi par le Congrès américain en 2001 pour préserver un large éventail du patrimoine culturel dans le monde.

Et l’effort continue pour valoriser ce site archéologique

Cette richesse historique et archéologique de Volubilis en a fait le site le plus prisé et préféré pour les chercheurs et les archéologues désirant découvrir les faits historiques et archéologiques et contribuer à l’écriture de l’histoire du Maroc et de la région méditerranéenne, a déclaré à la MAP, Yassine Lamghari, conservateur du site de Volubilis.

Et de souligner que les efforts consentis par le ministère de la Culture et la direction du patrimoine culturel, ont permis au site d’être inscrit en 1997 sur la liste du patrimoine de l’UNESCO et proclamé en 2022 zone protégée.

M. Lamghari, qui s’est attardé sur l’histoire de Volubilis ainsi que sur les différentes cultures et civilisations qui ont marqué cette cité cosmopolite, a indiqué que les efforts se poursuivent pour la valorisation et la préservation de ce site archéologique sur tous les plans.

Des touristes rencontrés sur le site se sont dits « agréablement surpris » par la singularité du site et de son état de conservation après des siècles d’existence, ajoutant que des sites pareils permettent aux visiteurs de comprendre comment de tels édifices ont été réalisés et l’architecture des lieux a été conçue par les résidanats de l’époque en livrant des informations sur leur mode de vie.

- Advertisment -