jeudi 20 juin 2024

Revue de presse quotidienne de ce samedi 25 mars 2023

-

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce samedi 25 mars 2023:

Le Matin

Le gouvernement appuie sur l’accélérateur du dispositif de soutien à l’investissement privé sur lequel l’économie nationale compte énormément pour accéder à un palier supérieur. Le décret d’activation de ce dispositif vient d’être publié au Bulletin officiel. Le texte définit les conditions pour bénéficier du soutien à l’investissement en spécifiant les métiers d’avenir et les activités favorisant une montée en gamme de l’économie marocaine. Le dispositif principal de soutien à l’investissement s’articule autour de 5 primes communes, une prime territoriale et une prime sectorielle. Ces primes seront accordées aux entreprises éligibles sur la base du montant de l’investissement et du nombre d’emplois stables à créer et peuvent être cumulées à hauteur de 30% du montant de l’investissement. Biotech, robotique, blockchain ou encore mobilité autonome… Plus d’une cinquantaine de secteurs sont listés et présentent d’énormes potentialités de croissance

 L’Economiste

L’autre versant de la réforme de l’impôt sur les sociétés version 2023 reste incontestablement le réaménagement du barème de la retenue à la source sur les produits des actions, parts sociales et revenus assimilés. En effet, au cours de la période transitoire 2023-2026, les taux vont progressivement baisser de 15% pour se stabiliser à 10%. Mais ce qui risque de donner du fil à retordre aux praticiens reste l’application des taux idoines aux revenus générés au terme de chacun des quatre prochains exercices. Ainsi, les dividendes qui seront distribués en 2023 au titre de l’exercice 2022 et antérieurs resteront taxables jusqu’à 15% à leur épuisement.

 L’Opinion

Au même titre que sa cousine, la presse écrite, le secteur de l’édition et du livre se débat depuis des années pour sortir la tête de l’eau face à la déferlante d’une numérisation galopante aux effets aggravés par l’illettrisme chronique des masses et l’érosion continue de leur pouvoir d’achat. Comme la presse également, ce secteur profite pourtant d’une politique de soutien multiforme dont les fameuses subventions étatiques pour l’obtention desquelles les candidatures ont commencé à la mi-mars. Dans cette lutte inégale pour la survie, le livre scolaire, qui profite à chaque rentrée de ventes conséquentes, tire son épingle du jeu grâce à son caractère utilitaire qui lui garantit un statut de best-seller permanent. Ce qui n’est nullement le cas du livre et du beau livre, qui doivent, eux, batailler fort pour continuer à exister. Effeuillage d’une noble filière qui mérite de survivre.

Al Bayane

Le Maroc a plaidé devant la 55ème session de la Conférence des ministres africains des finances, de la planification et du développement économique (COM2023) qui s’est tenu à Addis-Abeba pour le renforcement des investissements pour assurer une agriculture plus résiliente face aux chocs climatiques et la sécurité alimentaire du continent. La délégation marocaine a appelé à la mise en œuvre des initiatives en matière de la finance verte qui représente un levier essentiel pour lutter contre le changement climatique dans les deux volets d’atténuation et d’adaptation, notant que la mobilisation de ressources importantes ne peut être assurée uniquement par les États. Il est donc indispensable de faire appel aux capitaux privés, au niveau national et international, notamment, pour relever ces challenges et d’inscrire la démarche de financement dans une logique de partenariat.

Libération

La France est ‘’la plus grande perdante dans la crise des relations bilatérales avec le Maroc, dans un contexte plus large marqué par l’enlisement de Paris dans une nouvelle vague de décolonisation en Afrique’’, a affirmé le journaliste et écrivain français, Alain Jourdan. ‘’La prolongation de la crise et son développement rendent difficile la sortie du marasme, ce qui ne manque pas d’irriter l’élite économique française qui a des intérêts et une présence traditionnelle dans le milieu des affaires marocains’’, analyse sur un ton pessimiste le chercheur en affaires stratégiques dans un entretien.

Assahra almaghribia

Le chef du gouvernement Aziz Akhannouch a affirmé que l’Exécutif a pris toutes les mesures nécessaires pour renforcer l’offre et le stock des produits de base en vue de garantir un approvisionnement normal des marchés durant le mois de Ramadan. Dans son allocution au début des travaux du Conseil de gouvernement, Akhannouch a assuré que l’approvisionnement des marchés « se déroule dans des conditions normales », a indiqué le ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, Mustapha Baïtas, lors d’un point de presse tenu à l’issue du Conseil.

Almassae

Les éléments de la Sûreté régionale d’Al Hoceima, sur la base d’informations précises fournies par les services de la Direction générale de surveillance de territoire (DGST), sont parvenus mardi soir, à interpeller six organisateurs et médiateurs pour leur liens présumés avec un réseau criminel actif dans l’organisation d’opérations d’immigration illégale par voies maritimes. Selon une source sécuritaire, les premiers éléments de l’enquête indiquent que quatre individus, parmi les détenus, sont actifs dans l’organisation de l’immigration illégale, tandis que la cinquième personne arrêtée est soupçonnée d’être impliquée dans des opérations de médiation visant à attirer des candidats à l’immigration. Le sixième mis en cause est soupçonné d’implication dans la fraude, l’escroquerie et l’usurpation d’identité.

Al Ittihad alichtiraki

Avec l’ouverture des consulats d’une trentaine de pays depuis 2019, les villes de Dakhla et de Laâyoune sont devenues, en quelques années, « l’incarnation » des « avancées diplomatiques » réalisées par le Maroc sur la question de son intégrité territoriale, écrit, le magazine panafricain Jeune Afrique. Les deux villes sont aussi l’incarnation de « la réussite » du Nouveau modèle de développement des provinces du Sud du royaume, lancé par SM le Roi Mohammed VI en 2015, souligne le magazine dans un article mis en ligne sur son site Internet. Sénégal, Côte d’Ivoire, Émirats arabes unis, Gabon, Jordanie, Bahreïn, Djibouti…Ces quatre dernières années, plusieurs pays y ont ouvert des consulats, réunis pour la plupart dans ce qui tient lieu de quartier diplomatique dans ces cités emblématiques du Sahara, relève-t-on.

- Advertisment -