mercredi 19 juin 2024

Des restes humains découverts pour la première dans un « mustatils » de 7 000 ans

-

Dans le nord-ouest de l’Arabie saoudite, se trouvent des monuments datant du Néolithique appelés « mustatils ». Ces grand rectangles de pierre auraient été construits pour d’anciens cultes et rituels, bien que l’on ne connaisse pas encore leur nombre ni leur utilité exacte. Dans une nouvelle étude, des chercheurs rapportent la découverte de restes humains à l’intérieur d’un de ces monuments, une première !

Dans les années 1970, d’étranges monuments rectangulaires en pierre étaient retrouvés dans le nord-ouest de l’Arabie Saoudite. Depuis, ce sont plus de 1 600 « mustatils » qui ont été recensés. Érigés il y a plus de 6 000 ans pour des rituels dont on ne connaît pas la nature en détail, ils mesurent de 20 à 600 mètres de long, et possèdent plusieurs salles, séparées par des parois d’environ 1 mètre de haut. Au centre de la chambre centrale se trouve une pierre supposée sacrée, appelée « betyl ». Selon les archéologues, il s’agit souvent d’une météorite. Devant elle, de nombreux restes d’animaux ont été retrouvés, des fragments de crânes et des cornes notamment.

Mais, pour la première fois, des chercheurs rapportent dans une étude publiée dans Plos One la découverte de restes humains dans un mustatil. Situés dans une chambre funéraire au nord de la tête du monument, ils correspondent à un homme âgé entre 30 et 40 ans qui souffrait d’arthrose. La datation au radiocarbone a de plus montré qu’il a été enterré 400 ans après que les animaux ont été tués, montrant que les mustatils sont restés utilisés pendant de longues périodes !

Un culte mystérieux qui pourrait avoir un lien avec la fin de la période glaciaire

Reste à savoir à quoi correspondait le mystérieux culte qu’abritaient ces monuments. « Presque rien n’a été écrit sur les mustatils et les croyances qui les entouraient », a déclaré à Live Science Melissa Kennedy, première auteure de l’étude et archéologue à l’Université d’Australie-Occidentale. « Seuls dix mustatils ont été fouillés, et cette étude est l’une des premières à être publiée. Nous ne savons donc pas encore grand-chose sur cette tradition. »

Selon les chercheurs, la période à laquelle ils ont été construits correspond au début de l’interglaciaire que nous vivons actuellement, démarré il y a 11 000 ans. Car au moment où ces lieux de culte ont été construits, se trouvait une forêt luxuriante en lieu et place du désert d’Arabie que l’on connaît. Ou plutôt, une forêt qui commençait à dépérir. Expliquant potentiellement les rituels et les offrandes : ils auraient été en rapport avec le changement climatique qui s’opérait. L’étude conclut sur ce que ces découvertes révèlent des peuples ayant vécu au début de l’Holocène dans le nord-ouest de l’Arabie : ils semblaient tous partager la même croyance.
- Advertisment -