dimanche 26 mai 2024

Réforme des codes de la presse et de l’édition

-

 

 

 

Lareleve.ma- MAP(photo Abed Chaer)

 

  Le débat sur la réforme des médias semble porter ses fruits. Un comité national pour la réforme des codes de la presse et de l’édition va voir le jour. L’annonce a été faite jeudi par le ministre de la Communication à l’issue d’une journée d’études sur la réforme de la presse et le relation « justice et presse ».

 

  Le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi a annoncé, jeudi à Rabat, la mise sur pied d’un comité national pour la réforme des codes de la presse et de l’édition.

 

  “Il s’agit d’initier un processus de dialogue national institutionnel sur la réforme des codes de la presse et de l’édition à travers l’élaboration d’un code moderne de la presse à même de garantir la liberté d’exercice de la profession et d’instaurer les règles de la responsabilité”.

 

 

  Cette instance sera présidée par l’ancien ministre de la Communication, le journaliste Mohamed Larbi Messari, a précisé le ministre qui s’exprimait lors d’une journée d’étude sur “la réforme du code de la presse et la relation entre justice et presse”. La composition de ce comité sera annoncée ultérieurement, a t-il ajouté, notant qu’elle sera chargée de recueillir les propositions de réforme et d’en assurer l’examen.

 

  Revenant sur les mauvais résultats du Maroc dans le classement mondial de la liberté de presse, le ministre a indiqué que le cadre juridique “peu adapté” est l’une des causes à l’origine de cette situation.

 

“Des dérapages médiatiques”

 

  Pour sa part, le ministre de la Justice et des libertés Mustafa Ramid, a indiqué que cette rencontre organisée à l’occasion de la journée mondiale de la liberté de presse, s’inscrit dans la perspective d’élaboration d’une approche commune et de rapprochement des vues des acteurs concernés sur la liberté et la responsabilité dans le secteur de la presse et de l’édition et la déontologie de la profession, afin de s’entendre sur les contours d’un nouveau code de la presse.

 

“Nous sommes confrontés chaque jour à des dérapages médiatiques” inhérents principalement au non-respect des règles de loi, certains journalistes réclamant “une liberté sans limite”, a-t-il fait observer, notant que le dialogue demeure ouvert entre les différents acteurs pour l’élaboration d’un texte “fondateur de la liberté escomptée et de la responsabilité requise”.

 

  De son côté, le rédacteur en chef du journal Al Ittihad Al Ichtiraki, Abdelhamid Jmahri, a exprimé dans une déclaration à la MAP son souhait de voir le nouveau code de la presse hisser le royaume au rang des pays démocratiques qui ont tranché sur cette question, laquelle ne doit pas selon lui être l’objet de divergence entre l’Etat et la société, entre l’Etat et le corps journalistique ou entre ce dernier et la société.

 

  Ont pris part à rencontre notamment le président du Syndicat national de la presse marocaine, Younes Moujahid, et le président de la Fédération marocaine des éditeurs de journaux, Noureddine Miftah.

 

- Advertisment -