mercredi 28 février 2024

Le PJD ou Le populisme poussé à l’extrême

-

 

 

 

Mohamed Stidam

 

  Les ministres du PJD ne cessent d’étonner, et ne laissent aucune occasion passer sans étaler leurs manières de voir et d’exercer la politique politicienne et d’exhiber leurs muscles quand à la façon de dépenser les deniers publiques.

 

  La dernière de leurs sorties date d’aujourd’hui, quand le ministre de la justice et des libertés, le célébrissime Mustapha Ramid, s’est chargé de payer le repas des membres de son cabinet sur son compte et non via le budget du son ministère. Comme quoi les 200dhs, prix de la bouffe, seraient à même de faire sortir notre pays de la crise !

 

  D’aucuns diront que ce geste est un geste citoyen.  Certes c’en est un, mais il fallait le faire sans l’annoncer publiquement. Notre religion, que nos barbus ne cesse d’évoquer, ne conseille-t-elle pas les pieux et les cœurs charitables  de ne pas faire publicité des aumônes et charités données au nom d’Allah « Fi sabili Allah ». ?

 

  Le ministre de la Justice et des Libertés Mustapha Ramid, n’est pas à sa première démonstration de cette nature, en effet il a déjà annoncé que lui comme ses épouses feraient don de leurs organes après leur mort, en faveur de malades en attente de transplantation.

 

  Le ministre a indiqué cela à la faculté de médecine de Casablanca où sa fille soutenait sa thèse de doctorat autour du thème « les opérations chirurgicales pour l’implantation d’organes humains ». Mustapha Ramid a demandé à cette occasion au président du tribunal de première instance de Casablanca présent, de prendre acte de son désir de faire don de ses organes après sa mort.

 

  Les observateurs ont vu dans ce geste une manipulation politicienne marquée du populisme dont le PJD passe en maître.

 

  Et le PJG ne finit pas d’étonner par les démos de ses ministres, c’est du moins ce qui ressort du geste de leur grand chef, Abdelilah Benkirane, à l’occasion de la Journée internationale de la femme lors de la deuxième édition « Massarat de la création » qui a consacré 6 femmes marocaines ayant un itinéraire pertinent avec un impact sur la société marocaine, organisée le 6 mars au Théâtre national Mohammed V pour leur rendre hommage.

 

  Le chef du gouvernement est arrivé en compagnie de son épouse pour faire dans la Mode, et n’a pas cessé de distribuer les sourires et les saluts aux femmes présentes à l’occasion. Lui qui refusait, avant, de saluer les femmes main à main ! L’on se souvient très bien de sa réaction envers la journaliste Amina Khabab qui arborait un tee-shirt lors de la couverture d’une séance du parlement, par la chaine de télévision 2M. « sobh7ana mobaddil al a7wal » ! diraient nos Oulama.

- Advertisment -