jeudi 18 avril 2024

Internet et environnement

-

 

 

 

 

Lareleve.ma-Agences

  Utilisateur d’Apple? De Google? De Facebook? Greenpeace vous explique quelle dose de culpabilité doit vous accabler. En remettant son classement Cool IT d’entreprises technologiques (pour la cinquième édition) Greenpeace permet de situer les 21 firmes leader dans le secteur.

 

 

  En évaluant l’impact environnemental et les initiatives en faveur de l’environnement, Greenpeace fait de Google son meilleur élève. Sont notamment salués la transparence et le plan détaillé de réduction d’émissions de gaz à effet de serre.

 

 

  Cisco et Dell sont aussi félicités. Les trois entreprises emploient chacune plus de 20% d’énergies renouvelables pour leurs infrastructures.

 

 

  «Le développement des infrastructures mondiales de télécommunications et celui des data centers sont sources d’une consommation énergétique de plus en plus importante. D’après les estimations du rapport SMART 2020, publié il y a quatre ans, la consommation énergétique d’Internet va tripler d’ici à 2020. Or, cette énergie provient souvent d’énergies fossiles comme le charbon notamment.» Greenpeace voudrait que les entreprises technologiques utilisent davantage, pour alimenter leurs data centers, des énergies renouvelables..

 

 

Mauvais élèves

 

  Incriminé, en revanche, Apple. Greenpeace a refusé d’inclure la société dans le palmarès au motif qu’elle ne remplit pas les critères. «Apple n’a pas fait montre du leadership ou fait les efforts que ses concurrents ont fait, alors que ses profits records, et ses réserves en liquide le lui permettaient largement.»

 

 

  Facebook, de son côté, attendra l’an prochain. Si la société de Mark Zuckerberg était mise de côté jusque-là, Greenpeace a noté qu’elle s’était engagée en novembre dernier pour un avenir énergétique plus propre.

 

 

  Il est à rappeler qu’internet aussi a un effet néfaste sur notre entourage. Une recherche sur Google pollue l’environnement comme le fait une voiture qui parcourt 60 mètre. Autre exemple, mettre à jour un blog est équivalent à conduire une voiture sur une distance de 2 km.

 

 

Émission de CO2 comme les voitures

 

  Comme les appareils informatiques fonctionnent avec de l’électricité, ils dégagent de la chaleur dont des gaz polluant comme le CO2. Une requête sur un moteur de recherche émet donc 1 à 10 grammes de gaz carbonique. En moyenne, une recherche dégage environ de 7 grammes de gaz carbonique. Ce taux varie en fonction des machines utilisées et du temps de connexion. Pour réduire cet impact négatif, lorsqu’on effectue une recherche, il faut bien étudier quel mot clé doit on utiliser. Aussi, préférez les machines à grande capacité de stockage pour qu’il puisse conserver les données de navigation antérieure et pour que lors d’une prochaine navigation, la machine ne fera que restaurer l’information stockée.

 

 

- Advertisment -