vendredi 12 avril 2024

La Fédération brésilienne démolit Dani Alves et Robinho dans un communiqué cinglant

-

C’est un communiqué cinglant qu’a publié ce samedi la Fédération brésilienne de football (CBF). Dans le texte, l’instance se positionne sans aucune ambiguïté par rapport aux affaires Dani Alves et Robinho. L’ancien défenseur a été condamné en Espagne à quatre ans et demi de prison pour le viol en 2022 d’une jeune femme dans une discothèque. L’ex-attaquant a été arrêté jeudi à Santos pour purger au Brésil la peine de neuf ans de prison à laquelle il a été condamné en Italie, également pour viol.

La CBF évoque des sanctions judiciaires contre des « joueurs vedettes » qui « mettent fin à l’un des chapitres les plus néfastes du football brésilien ».

   « Solidarité » avec les victimes

« Il est essentiel que l’attitude courageuse des victimes incite de plus en plus de femmes à ne pas rester silencieuses face à des barbaries de cet ordre », poursuit-elle dans le communiqué.« « Plus encore : dans un environnement où prévaut le machisme, nous, les hommes, devons être en première ligne pour lutter non seulement contre les violences sexuelles, mais contre toutes les formes de violence. La CBF, tous ses dirigeants et le comité technique de l’équipe nationale brésilienne expriment leur solidarité avec les victimes brutales des deux crimes commis par les anciens joueurs. » »

L’instance rappelle aussi que « le maillot jaune que portent les athlètes brésiliens sur le terrain est plus qu’un simple uniforme. Tout comme le football est plus qu’un simple sport pour le Brésil. »

   Un soutien à Vinicius Jr

« Il est honteux qu’un athlète se sente à l’aise de commettre ce type de perversité, croyant que ce qu’il a accompli grâce au sport le protégera d’une manière ou d’une autre de toute punition. Il est tout aussi honteux qu’un fan de n’importe quelle nationalité se sente à l’aise d’insulter des athlètes brésiliens simplement à cause de leur race, comme nous l’avons malheureusement vu en Europe, contre Vinicius Jr. »

Alors que les autorités supérieures du football sont souvent accusées de tiédeur, le communiqué de la Fédération brésilienne tranche par la netteté de son propos.

- Advertisment -