mercredi 24 avril 2024

9e rencontre africaine de l’efficacité énergétique: le Maroc renforce son engagement

-

Dans le cadre de la neuvième édition des Rencontres africaines de l’efficacité énergétique, la Ministère de la Transition énergétique et du Développement durable, a manifesté son engagement continu envers le développement durable, en mettant l’accent sur l’efficacité énergétique et la construction durable.

Lors du discours d’ouverture de cette neuvième édition, le directeur des Energies renouvelables et de l’efficacité énergétique au ministère, Mohamed Ouhmed a déclaré que le Maroc, engagé depuis deux décennies dans une politique ambitieuse de développement durable, voit aujourd’hui ces efforts se concrétiser. La stratégie de transition énergétique du royaume s’appuie sur l’augmentation de la capacité en énergies renouvelables et l’amélioration de l’efficacité énergétique. Cette stratégie, initiée en 2009 et s’inscrivant dans la vision de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre de plus de 45% d’ici 2030.

La mise en œuvre de cette vision prévoit l’accroissement de plus de 5,500 MW de sources renouvelables entre 2023 et 2027, sans compter sur l’hydrogène et la désalinisation de l’eau de mer, désormais soutenus par des unités d’énergie renouvelable. Parallèlement, le Maroc s’attelle à achever l’électrification rurale avec un taux déjà proche de 99.9%, à travers le programme PERG 2.0, garantissant un accès durable à l’électricité pour tous.

Cette ambition se manifeste également dans le renforcement du réseau électrique, avec un investissement prévu de 23 milliards de dirhams pour 2023-2027. Le cadre législatif et réglementaire évolue pour accompagner ces changements, notamment avec les Lois 4019 et 8221 concernant les énergies renouvelables et l’auto-production d’électricité, facilitant ainsi le développement d’un marché de l’électricité en pleine croissance.

Les réformes en cours visent à encourager la production décentralisée et offrir aux opérateurs industriels et au secteur de la construction des solutions compétitives et faibles en carbone pour optimiser leurs investissements. Le développement de l’infrastructure nécessaire à la production d’hydrogène vert est également à l’étude, des travaux sont en cours pour couvrir l’ensemble de la chaîne de valeur dans ce domaine qui devrait inclure un plan directeur pour les infrastructures nécessaires.

Parallèlement au développement des énergies renouvelables, le Maroc poursuit ses efforts en faveur de la promotion de l’efficacité énergétique. Cette dynamique se manifeste par un intérêt croissant de la part des opérateurs publics et privés, ainsi que des bailleurs de fonds, pour les projets d’efficacité énergétique. Dans ce contexte, une collaboration étroite avec l’Agence Marocaine pour l’Efficacité Énergétique (AMEE) et l’Association des Industries Solaires et Éoliennes (AISE) a abouti à l’élaboration d’une nouvelle approche. Celle-ci se décline en environ 80 mesures visant le développement de l’efficacité énergétique, dont la mise en œuvre devrait permettre de générer une économie d’énergie de l’ordre de 20% à l’horizon 2030.

Une expérience significative a été menée avec pour objectif, au-delà de la réduction de la consommation d’électricité, de promouvoir un esprit de solidarité parmi les consommateurs à travers l’adoption de bonnes pratiques en matière d’efficacité énergétique. Les résultats ont été concluants, marquant un ralentissement du taux de croissance de la consommation d’électricité de 3%. Cette réussite est illustrée par l’interaction positive d’environ 40% des consommateurs qui ont réalisé une économie d’énergie d’environ 800GW, dont 57% au niveau de la basse tension, principalement des ménages, et 32% de haute tension, incluant des opérateurs industriels.

Par ailleurs, le ministère a entamé la mise en œuvre d’un projet d’appui à l’efficacité énergétique couvrant la période 2022-2026, visant à améliorer la performance énergétique dans trois secteurs clés : le bâtiment, l’industrie, et l’éclairage. Pour le secteur du bâtiment, qui se positionne comme le deuxième plus grand consommateur d’énergie finale avec un fort potentiel d’emploi, l’objectif est d’accompagner au moins 300 bâtiments pour réduire leur consommation d’énergie d’au moins 15%. Ces économies permettront de réduire les émissions de gaz à effet de serre, soulignant le rôle essentiel de ce secteur dans l’économie marocaine.

Depuis 2014, le Maroc a adopté un règlement général de construction fixant les normes de performance énergétique et les seuils de consommation que les bâtiments neufs doivent respecter, tout en assurant le confort nécessaire et en rationalisant les besoins en chauffage et climatisation. « Nous sommes actuellement en train de mettre à jour ce cadre réglementaire en concertation avec les parties prenantes » a déclaré Ouhmed.

L’initiative comprend également la création d’une société de services énergétiques dont la mission est de développer et financer des projets d’efficacité énergétique, notamment dans le cadre de contrats de performance énergétique. Un cadre réglementaire est mis en place en application de la loi relative à l’efficacité énergétique, permettant à l’avenir l’introduction d’autres mesures d’incitation à l’économie d’énergie, notamment lors de périodes de pointe de consommation, de changement climatique ou de volatilité des prix des matières premières.

La réussite de la transition énergétique nécessite une mutualisation des efforts dans le cadre d’une coopération ciblée, convergente et solide. Le Maroc continue de renforcer la coopération avec les pays africains, suivant les directives royales. Malgré les défis existants, les opportunités sont considérables, notamment en termes de potentiel important en ressources naturelles et humaines. « Ensemble, nous pouvons surmonter ces obstacles et œuvrer pour un continent africain éclairé, prospère et respectueux de l’environnement« , a-t-il conclu.

Notons que cette 9eme édition est soutenue par les institutions financières Bank Of Africa (BOA) et la Banque Centrale Populaire, l’établissement public de garantie, Tamwilcom, l’assureur en conseil et courtage, AFMA et Veritas solutions, spécialiste de la durabilité et certifications.

Tenu sous le thème « Aménagement et Bâtiments Durables :Innovations, labélisation et financement », les rencontres de cette année  se focalise sur la place fondamentale de l’efficacité énergétique dans la transition vers des pratiques d’aménagement et de construction plus durables au Maroc et en Afrique

Pour aborder cette problématique de la durabilité dans ces domaines, le programme de la journée  met en avant différentes axes notamment celui de la stratégie de résilience appliquée à l’aménagement et à la construction, l’innovation et la recherche et développement , le financement ainsi que le rôle de la coopération interafricaine dans l’accélération de la transition énergétique dans le continent. Des experts de renommée nationale, continentale et internationale participe à cette 9eme Edition pour partager leurs expertises et expériences à travers des présentations stimulantes et des discussions interactives.

Parmi les moments forts de la journée, figure la signature d’un mémorandum de coopération entre l’Agence Marocaine pour l’Efficacité Énergétique (AMEE) et l’Institut Français pour la Transition Energétique et Ecologique des Villes (EFFICACITY) visant à développer les outils logiciels d’aide à la conception de projets d’aménagement décarbonés à faible impact énergétique et environnemental, à l’échelle de quartiers.

Rappelons que les Rencontres Africaines de l’Efficacité Energétique s’inscrivent dans le cadre de l’engagement continue du Maroc avec le reste du continent dans la lutte contre le changement climatique à travers la transition énergétique dans les secteurs clés des économies africaines .

- Advertisment -