lundi 22 avril 2024

Pressenti à la tête de la Côte d’Ivoire, Renard n’a voulu « offenser » personne

-

Hervé Renard, sélectionneur de l’équipe de France féminine et pressenti un moment pour prendre la tête de la Côte d’Ivoire à la CAN, a affirmé mercredi qu’il n’avait voulu « offenser » personne.

Le sélectionneur des Bleues, qui jouit d’une très grande popularité en Côte d’Ivoire pour avoir remporté la CAN en 2015 à la tête des Eléphants, a été contacté pour remplacer Jean-Louis Gasset, limogé en pleine Coupe d’Afrique des nations, finalement remportée par les Ivoiriens.

Les deux fédérations française et ivoirienne ont bien discuté début janvier de ce prêt inédit mais ne sont pas parvenues à un accord pour une « pige ».

Interrogé sur le sujet mercredi en marge de l’annonce de la liste des Bleues pour le Final Four de la Ligue des nations, Hervé Renard a affirmé lors d’une conférence de presse avoir vécu cela de « façon sereine ». « Il ne faut pas inverser les rôles, j’ai été contacté » par la fédération ivoirienne, a-t-il expliqué.

« J’ai réfléchi, je connais le continent africain par coeur, j’ai vécu une aventure exceptionnelle avec la Côte d’Ivoire en 2015 et les challenges font partie de ma carrière qui est un peu chaotique, différente de celle de beaucoup d’autres », a-t-il insisté, ajoutant: « Je ne pense pas avoir offensé qui que ce soit ».

« C’est bizarre qu’on pense à se mettre des limites, des barrières, a-t-il souligné. Je suis entièrement avec cette équipe de France féminine ».

« C’est obligatoire. Quand vous êtes en déplacement et que vous avez un souci avec votre femme à distance, quand vous rentrez, vous êtes bien obligé de vous asseoir et de faire le point, de donner une explication rationnelle et concrète. C’est ce que je vais faire avec les joueuses », a-t-il déclaré, avant la demi-finale de la Ligue des nations contre l’Allemagne le 23 février.

En fin de contrat avec les Bleues après les Jeux olympiques, Hervé Renard est resté flou sur son avenir: « On verra bien ce qui se passera. On m’a répété des choses qui ont été dites… Il y a beaucoup de gens qui parlent à ma place, souvent. En six mois, je ne sais pas ce qu’il peut se passer dans la vie et dans le football, on verra bien ».

- Advertisment -