dimanche 25 février 2024

Bretton Woods Project met en garde sur les risques de l’épuisement de l’Hydrogène au Maroc

-

Dans un récent rapport intitulé « Maroc et Fonds de résilience et de durabilité du FMI : Équilibrer la dette, la privatisation et les dynamiques néocoloniales », Bretton Woods Project met en garde contre l’épuisement potentiel de l’hydrogène marocain pour les besoins énergétiques européens.

Consulté par SNRTnews, le rapport indique que le passage rapide à la production d’hydrogène vert au Maroc, requis par le projet « Fonds de résilience et de durabilité » (RST) du Fonds monétaire international, pourrait compromettre les objectifs nationaux environnementaux et de développement au Maroc au profit de la transition énergétique européenne. Ceci souligne le risque d’exploiter les ressources d’énergie renouvelable du Royaume au profit de la stratégie de transition énergétique de l’Union européenne.

Suite à la discussion du conseil d’administration du FMI sur le programme RST du Maroc en septembre 2023, le directeur général adjoint du FMI, Kenji Okamura, a affirmé que « le Maroc est bien placé pour tirer profit du programme mondial de décarbonation« . En octobre 2023, le Maroc a obtenu un prêt de 1,32 milliard de dollars, soit 13 MMDH du Fonds monétaire international (FMI) via le Fonds fiduciaire pour la résilience et la durabilité (RST).

Ce prêt se concentre sur la réforme du marché de production et de distribution d’électricité au Maroc, en démantelant l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE). L’objectif est de créer un marché plus concurrentiel en séparant la génération, le transport et la distribution d’électricité, favorisant ainsi une concurrence accrue, stimulant l’investissement dans les énergies renouvelables et entraînant finalement une baisse des prix de l’électricité.

Le rapport souligne également « la concentration sur l’exploitation des ressources d’énergie renouvelable au Maroc par les pays européens« , citant le projet britannique « XLinks » visant à fournir 8% des besoins électriques de millions de foyers britanniques d’ici 2030 via le plus long câble sous-marin au monde. De plus, le rapport fait référence à un projet français couvrant plus de 170.000 hectares d’une valeur de 104 MMDH, soit 9,4 milliards d’euros, visant à produire de l’hydrogène et de l’ammoniac verts à partir de stations de production sur le territoire marocain.

- Advertisment -