vendredi 1 mars 2024

Industrie automobile: Le groupe américain Gentherm, nouvel arrivant à Tanger Automotive City

-

L’entreprise américaine Gentherm a décidé de s’implanter à Tanger pour la production de sièges chauffants destinés aux véhicules. Selon des sources bien informées, le groupe, récemment investi dans la gestion thermique des batteries de véhicules électriques, prévoit d’investir à Tanger Automotive City.

En contribuant à l’intégration locale des voitures marocaines, Gentherm pourrait également participer à l’écosystème croissant des véhicules électriques au Maroc grâce à sa technologie thermique, selon la même source.

Coté au Nasdaq, le groupe américain Gentherm est maintenant au Maroc. D’après des sources bien indéformées, confirmant son intérêt d’installer une usine au Royaume, Gentherm vient d’y placer une filiale pour cela, dédiée à la fabrication de composants et de systèmes pour l’industrie automobile.

Le groupe est principalement connu pour sa fabrication de sièges chauffants, spécifiquement pour les voitures de marques américaines, à l’instar de la Buick LaCrosse, la Chevrolet Blazer, la Hyundai Verna ou encore la Ford Mustang.

 Lieu idoine pour élargir ses activités au Maroc : Tanger Automotive City qui accueille en son sein Gentherm, avec une nouvelle structure capitalisée pour l’heure à 50 000 euros.

Le projet marocain est piloté par Rafael Barkas, vice-président chargé des opérations globales mais aussi Matteo Anversa, vice-président exécutif en charge des finances.

Cette nouvelle usine avait été annoncée par le management courant 2023, au même titre qu’une autre unité industrielle au Mexique. Les deux seront opérationnelles à partir de 2024, avait-on fait savoir.

Officiellement, il s’agira pour les dirigeants de l’entreprise de répondre à la demande de nouveaux clients, mais aussi optimiser les coûts. «Ces nouvelles usines nous permettront non seulement de répondre aux exigences de capacité liées à nos niveaux records de nouveaux contrats, mais également de soutenir notre plan visant à continuer d’augmenter nos marges brutes», peut-on retenir du point presse organisé par Gentherm lors de la présentation de ses résultats en août dernier.

 Au Maroc, la décision de s’y élargir est ainsi notamment motivée par la croissance de l’entreprise. Sièges chauffées… mais pas que au Maroc ? Aujourd’hui, Gentherm est connu sur le marché de l’industrie automobile comme étant un des acteurs pionniers d’une solution de gestion thermique, destinée à être implémentée dans les sièges chauffants de voitures de luxe.

Il s’agit de la principale activité du groupe américain coté en bourse, alors qu’il couvre également, avec sa branche siège chauffant, le secteur médical comme celui du luxe. Mais une toute autre unité de Gentherm pourrait bien intéresser le Maroc : ces trois dernières années, Gentherm a également investi dans le très en vogue business de fabrication des batteries pour voitures électriques. Sur son site internet, la société indique avoir voulu anticiper les besoins des nouvelles technologies, en développant de manière proactive des solutions qui résolvent les problèmes.

Dans ce contexte, Gentherm propose des solutions innonvantes pour la gestion thermique des batteries. « Nos systèmes et notre technologie de câbles de batterie se combinent pour protéger les batteries des températures extrêmes, afin de garantir une transmission sûre de l’énergie et surveiller avec précision la température et la tension. Résultat : des améliorations significatives de l’autonomie, de la durée de vie de le batterie et de ses performances globales », lit-on.

Pour développer son activité, Gentherm s’était d’ailleurs associé récemment avec l’Israélien Carra, afin qu’il puisse lui fournir les vannes qui permettent au système de gestion thermique de contrôler les niveaux de liquide, de vapeur et de pression à l’intérieur des modules et des packs de batteries. Une aubaine pour futur écosystème complet de la gigafactory Une activité qui tombe à point nommé pour le Maroc : celui-ci est actuellement en cours de préparation et de déploiement de tout un écosystème de la gigafactory.

 L’écosystème commence dans un premier temps par la mise en place d’acteurs, chinois notamment, visant à assurer la fourniture en matières premières et en composants transformés des futurs usines de fabrication de batteries pour voitures électriques. Les batteries visées sont à la fois de type LFP comme NMC.

Ce projet devrait à terme aboutir à un écosystème complet de la gigafactory, allant de la transformation de matériaux, jusqu’à la fabrication de batteries, voire même leur incorporation dans les véhicules, selon une source au sein de l’Agence marocaine de développement des investissements et des exportations (AMDIE), co-pilotant le projet du futur écosystème aux côtés du ministère chargé de l’Investissement.

Il en résultera ainsi des batteries destinées aux voiture électriques, et estampillées Made in Morocco, avec un taux d’intégration assez élevé et bien supérieur aux standards qu’on imposera prochainement et qui sont de 60 %.

Dans ce cadre, tous les acteurs pouvant ainsi contribuer à cet écosystème sont les bienvenus au Maroc, d’autant plus que le Royaume demeure bénéficiaire des accords de libre-échange avec les Etats-Unis mais aussi l’Union européenne.

- Advertisment -