vendredi 1 mars 2024

Satellites d’observation: Le Maroc a porté son choix sur la technologie israélienne

-

Le Maroc a porté son choix sur la technologie israélienne au détriment de la Française pour la fourniture de son prochain satellite d’observation.

Le Maroc aurait décidé la fin de l’été dernier de confier la fabrication de son prochain satellite espion à Israel Aerospace Industries (IAI), écartant ainsi le duo français Airbus Defence & Space et Thales Alenia Space (TAS) qui avaient conçu le satellite Mohammed-VI A, lancé en 2017, fait savoir le journal français La Tribune.

Les autorités marocaines auraient même refusé de recevoir la Direction générale de l’armement française (DGA) qui souhaitait faire du lobbying au profit des offres des groupes français.

Ainsi, IAI fabriquera l’Ofek-13, dernier modèle lancé par Israël. Il s’agit d’un satellite d’observation avec un radar à synthèse d’ouverture et qui est doté de capacités très avancées. Ce satellite devrait remplacer Mohammed-VI A.

Visiblement, le Maroc préfère se passer des services de Thales et d’Airbus. Ces deux groupes français lui avaient vendu en 2013 deux satellites espions pour plus de 500 millions d’euros. Un système composé de deux satellites de reconnaissance et d’observation de la Terre (A et B) de type Pléiades et la charge utile, comprenant l’instrument optique, le sous-système de transmission d’images et le segment sol pour le traitement et la production avaient été fournis au Maroc dans le cadre de cette vente.

Tout porte à croire que cet échec serait lié au refroidissement des relations entre Rabat et Paris. Le Maroc s’attend notamment à ce que la France reconnaissance sa souveraineté sur son Sahara comme l’ont déjà fait des pays comme les États-Unis, l’Allemagne, l’Espagne et Israël. Côté français, la réticence reste de mise.

- Advertisment -