lundi 20 mai 2024

France : l’interpellation musclée d’un jeune homme noir sème à nouveau l’émoi

-

L’interpellation musclée à Paris du frère d’un jeune homme noir, dont la mort en 2016 a été érigée en symbole des violences policières en France, a provoqué l’indignation dimanche et des appels à manifester dans un pays encore marqué par une récente vague d’émeutes urbaines.

Youssouf Traoré a été interpellé samedi en marge d’une manifestation interdite à laquelle 2000 personnes ont participé pour rendre hommage à la mémoire de son frère Adama, décédé peu après son arrestation par des gendarmes en juillet 2016 en région parisienne.

Filmée par des témoins, la vidéo de son interpellation le montre résister aux forces de l’ordre avant d’être plaqué au sol par plusieurs policiers. Blessé à l’œil, Youssouf Traoré a été hospitalisé. Selon une source proche du dossier, il aurait porté un coup à une commissaire de police au début du rassemblement interdit.

Ces images ont provoqué des condamnations à gauche. C’est une honte. Il n’y avait aucune raison. Tout se passait très bien, a tweeté la députée écologiste Sandrine Rousseau. Une persécution en plus pour la famille Traoré, a déploré Éric Coquerel, du parti La France Insoumise (extrême gauche).

En réaction, associations, syndicats et partis de gauche à l’origine de marches citoyennes contre les violences policières ont appelé à une mobilisation massive dimanche à 14 h (heure locale) à Paris.

Cette nouvelle mise en cause des forces de l’ordre intervient dans un contexte très tendu en France.

Filmée par une passante, la mort du jeune Nahel, 17 ans, tué par un policier lors d’un contrôle routier près de Paris le 27 juin, a provoqué six nuits d’émeutes urbaines sans précédent dans le pays depuis 2005.

Sur les images de l’interpellation de Youssouf Traoré, on voit également une femme se faire violemment projeter au sol par un policier, et des journalistes violentés par les forces de l’ordre.

L’un d’eux a annoncé son intention de saisir la police des polices, pour porter plainte contre deux policiers d’une brigade motorisée de répression de l’action violente.

 
- Advertisment -