mardi 21 mai 2024

Mesures et sanctions disciplinaires à l’encontre de fonctionnaires de l’Institut royal de police

-

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a annoncé, samedi, une série de sanctions disciplinaires et de mesures d’évaluation des performances à l’encontre de fonctionnaires de la police travaillant à l’Institut royal de police, à l’issue d’une enquête minutieuse menée par l’Inspection générale de la Sûreté nationale.

Le Directeur général de la sûreté nationale avait chargé l’Inspection générale de mener une enquête approfondie sur la gestion de l’Institut royal de police (IRP) et des écoles qui en relèvent, indique une source sécuritaire.

Les résultats de cette enquête ont révélé un certain nombre de dysfonctionnements, d’abus professionnels et de comportements individuels allant à l’encontre des normes de la gouvernance sécuritaire et de l’éthique professionnelle de la police, explique-t-on.2

Ces sanctions disciplinaires incluent la suspension provisoire du Directeur de l’IRP, en attendant sa présentation devant le conseil de discipline qui examinera les dépassements qui lui sont reprochés, précise la même source, ajoutant qu’une mesure similaire a été prise à l’encontre de deux autres fonctionnaires, un brigadier et et un inspecteur de police.

0Un blâme a été adressé à un officier de police et un avertissement à trois autres employés de la même institution, dont deux commissaires et un inspecteur de police, qui seront déployés hors des institutions de formation policière.

Ces sanctions disciplinaires incluent également l’envoi de courriers d’observation à trois cadres de la police, reconnus coupables de négligence dans l’exercice de leurs fonctions, dont un commissaire divisionnaire, un officier de paix principal et un gardien de la paix, outre le limogeage d’un commandant de paix divisionnaire de ses fonctions et son transfert en dehors de l’IRP.

Les résultats de l’enquête menée par l’Inspection générale ont abouti à une série de mesures d’évaluation des performances visant à remédier aux dysfonctionnements identifiés, notamment en termes d’application des normes de bonne gouvernance dans la gestion des ressources humaines et des moyens matériels et de respect des principes du Code d’éthique des fonctionnaires de la sécurité nationale.

Ces décisions, relève la même source, s’inscrivent dans le cadre de l’attachement de la DGSN à assurer le suivi minutieux de la bonne marche de ses services centraux chargés de la formation policière, particulièrement le volet relatif au strict respect des règles d’intégrité professionnelle et du comportement personnel exemplaire.

- Advertisment -