mardi 28 mai 2024

Jeune homme abattu en France : la presse argentine évoque une police française « à la gâchette facile »

-

Les principaux quotidiens d’Argentine ont évoqué, jeudi, la bavure de la police en France qui a abattu de « sang-froid » un jeune homme de 17 ans lors d’un contrôle routier, estimant que la police en France « a la gâchette facile ».

Le quotidien La Nacion, l’un des principaux tirages de la presse dans ce pays d’Amérique du sud, a titré sur les « manifestations à Paris après un nouveau cas de gâchette facile », ajoutant que la violence policière en France se trouve à nouveau « au centre du débat public ».
Le journal relate le contenu d’une vidéo circulant sur les réseaux sociaux montrant comment le policier français « a tiré à bout portant » contre le jeune homme qui a été menacé auparavant qu’il « allait recevoir une balle dans la tête » s’il refuse de s’arrêter.
Le journal El Cronista écrit sous le titre « gâchette facile en France : le cas qui a provoqué l’ire du pays et affecté Mbappé », que « la France s’est réveillée avec des manifestations et des voitures incendiées suite à l’affaire d’un jeune de 17 ans qui a été abattu par la police à Nanterre, en banlieue parisienne».
El Cronista poursuit que la vidéo, dont la véracité a été vérifiée par les médias, « montre comment l’un des deux agents a pointé une arme sur le jeune homme » avant de l’abattre.
Il ajoute que « le policier qui a tiré sur le jeune homme fait actuellement l’objet d’une enquête pour homicide volontaire ».
Le journal s’est fait également écho de la réaction de la star de football Kylian Mbappe qui a écrit sur son compte twitter : « J’ai mal à ma France. Une situation inacceptable. Toutes mes pensées vont pour la famille et les proches de Naël, ce petit ange parti beaucoup trop tôt ».
La correspondante à Paris du grand quotidien Clarin note que la vidéo de l’assassinat du jeune homme a provoqué « l’indignation de la classe politique » en France au milieu de craintes croissantes que « le scénario de la violence se généralise » comme en 2005.
Clarin cite en outre l’avocat de la famille de la victime qui insiste que les images montrent clairement « un policier qui assassine un jeune de sang froid ».

- Advertisment -