mercredi 22 mai 2024

Elections anticipées en Espagne : Le Maroc, un enjeu électoral crucial

-

À quelques semaines seulement du début des élections législatives anticipées en Espagne, le débat politique sur le Maroc revient en force, en particulier en ce qui concerne la question du Sahara.

Il est indéniable que le Maroc occupe une place centrale dans ces élections. Dans une interview accordée à Europa Press, le soi-disant représentant du Polisario en Espagne a déclaré s’attendre à ce que le chef du Parti populaire (PP) inverse la position de Sanchez sur le Sahara dès qu’il deviendra président après les élections du 23 juillet.

Le Polisario exerce une pression sur le PP, exigeant l’annulation de la décision soutenant le plan d’autonomie marocain. Selon ce responsable  terropolisarien, « notre condition est que cette décision soit annulée ».

Le Maroc est au cœur des débats lors des élections espagnoles pour plusieurs raisons. En premier lieu, en raison de sa proximité géographique et de sa relation stratégique avec l’Espagne, les deux pays partagent de nombreuses problématiques communes, notamment celle de la migration.

L’Espagne compte actuellement un grand nombre d’immigrés marocains qui contribuent au développement du pays. De plus, la question du Sahara marocain est un autre sujet central dans le débat électoral. L’Espagne a exprimé une position positive en soutenant le plan d’autonomie marocain.

Ce choix est irréversible

 La position exprimée par l’Espagne, après une profonde crise diplomatique, a mis fin à une période de tension majeure entre les deux pays. Cette décision reflète une prise de conscience de l’importance des relations bilatérales pour l’avenir. Elle a été prise dans un cadre institutionnel et ne peut être renversée, car elle représente les intérêts stratégiques de l’Espagne. Malgré l’existence de différents avis au sein de la société espagnole, ceux qui soutiennent le Polisario n’ont pas autant de poids politique en Espagne.

Les relations entre le Maroc et l’Espagne sont solides et étroites. Malgré plusieurs différends, tels que la question de Sebta et Melilla, la délimitation des frontières maritimes, l’îlot Leila et la problématique de la migration, ces chapitres n’ont pas entraîné une détérioration des relations entre les deux pays. Ce qui rassemble le Maroc et l’Espagne est plus fort que ce qui les sépare, et les intérêts communs continuent de renforcer ces liens.

Les relations entre l’Espagne et le Maroc restent une « priorité absolue » de la politique étrangère espagnole, en raison de nombreux intérêts communs entre les deux pays. C’est ce qu’a souligné le ministre espagnol des Affaires étrangères, Pedro Sanchez, lors d’une récente apparition à la télévision espagnole.

Selon Sanchez, ce partenariat solide reflète la nature « stratégique » des relations entre les deux pays. Lors d’une interview sur la chaîne « La Sexta », le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, a réaffirmé l' »attitude positive » de son pays à l’égard de la question du Sahara, considérant l’initiative marocaine d’autonomie comme « la base la plus sérieuse, réaliste et crédible pour la résolution du différend ».

Il a également rappelé que les États-Unis, la communauté internationale et les principaux pays européens soutiennent le plan d’autonomie présenté par le Maroc en 2007.

Selon Sanchez, l’Espagne ne fait que suivre les pas de ses partenaires européens et de nombreux autres pays en adoptant une « attitude constructive » envers cette question.

Il a souligné que si la communauté internationale, les États-Unis et les principaux pays européens estiment qu’il est nécessaire de trouver d’autres moyens de résoudre ce conflit dans le cadre des Nations Unies et des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, l’Espagne ne peut qu’adopter une position similaire.

Pour Madrid, il est crucial de maintenir de bonnes relations avec Rabat, notamment en termes de commerce, d’accès économique à l’Afrique, de sécurité, de lutte contre le terrorisme et de politique migratoire. Sanchez s’est félicité de la coopération et de la collaboration de qualité entre les deux pays, qualifiant cette relation de « très positive ».

- Advertisment -