mardi 21 mai 2024

Plus d’un milliard de personnes pourraient vivre avec le diabète d’ici à 2050 selon cette étude

-

Le diabète, qui se définit comme un taux de sucre dans le sang chroniquement élevé, touche déjà des millions de personnes. Mais, selon une récente étude, les cas de diabète risquent de monter en flèche au cours des prochaines décennies.

Le diabète représente un problème de santé relativement handicapant. Heureusement, la technologie permet désormais de mieux vivre avec celui-ci. La montre connectée Glycount est d’ailleurs spécialisée dans la surveillance du niveau de diabète. En revanche, contrairement à ce que l’on pensait, les Galaxy Watch 4 et Galaxy Watch Active 4 ne proposent pas une telle option. Pourtant, le nombre de diabétiques pourrait considérablement augmenter dans un futur proche.

Une nouvelle étude estime ainsi que plus d’un milliard de personnes dans le monde vivront avec cette maladie chronique d’ici à 2050. C’est donc environ le double du nombre de cas observés aujourd’hui. La prévalence du diabète devrait être particulièrement élevée dans certaines régions d’Afrique et du Moyen-Orient.

Le diabète, un défi pour tous les systèmes de santé du monde

Selon les données de l’étude, environ 529 millions de personnes vivaient avec le diabète dans le monde en 2021, soit près de 6,1 % de la population mondiale, une fois ce chiffre ajusté en fonction de l’âge. Mais dans une vingtaine d’années, 1,31 milliard de personnes souffriront d’une forme ou d’une autre de diabète. L’étude affirme qu’en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, le taux de prévalence devrait se situer aux alentours de 16,8 %. De plus, près de la moitié des plus de 200 pays et territoires du monde auront des taux supérieurs à 10 %.

Diane Ong, chercheuse principale à l’Institute for Health Metrics and Evaluation (IHME), affirme ainsi :  « Le taux de croissance rapide du diabète n’est pas seulement alarmant, il représente également un défi pour tous les systèmes de santé du monde, surtout si l’on considère que la maladie augmente également le risque de cardiopathie ischémique et d’accident vasculaire cérébral ».

- Advertisment -