mardi 21 mai 2024

Vladimir Poutine face à la mutinerie du groupe Wagner

-

Evgueni Prigojine, fondateur de la milice, s’est emparé par les armes de Rostov, une ville russe d’un million d’habitants. Le chef du Kremlin dénonce une « trahison » et un « coup de poignard dans le dos » en pleine guerre contre l’Ukraine.

Réagissant à la rébellion menée par Evgueni Prigojine, le président russe s’est exprimé dans une allocution à la nation, dans la matinée, samedi 24 juin.

 «Trahison», «menace mortelle» et risque de «guerre civile». Le président russe, Vladimir Poutine, s’est dressé ce samedi 24 juin contre la rébellion du chef du groupe paramilitaire Wagner, Evgueni Prigojine. En complet noir, l’air grave et le ton martial, le chef du Kremlin a pris la parole à la télévision à 9 heures (heure française), s’adressant sans le nommer à l’homme qui le défie, dénonçant «les traîtres» à la nation russe et promettant de les «punir».

«C’est un coup de poignard dans le dos de notre pays et de notre peuple, a déclaré Poutine. Ce à quoi nous faisons face n’est rien d’autre qu’une trahison. Une trahison provoquée par les ambitions démesurées et les intérêts personnels» de Prigojine, a-t-il affirmé.

Poutine admet une situation «difficile»

Plus tôt, le chef de Wagner avait affirmé tenir le quartier général de l’armée russe à Rostov, centre névralgique des opérations en Ukraine, et contrôler plusieurs sites militaires. «Nous sommes au QG, il est 7 h 30 du matin [4 h 30 GMT, ndlr], avait dit Evgueni Prigojine dans une vidéo sur Telegram. Les sites militaires de Rostov sont sous contrôle, y compris l’aérodrome.»

Suite à ses déclarations, Vladimir Poutine a été forcé d’admettre dans son adresse à la nation que la situation à Rostov est effectivement compliquée pour le pouvoir russe : «Des mesures décisives seront prises pour stabiliser la situation à Rostov. Elle reste difficile.» Poutine a aussi précisé que le fonctionnement «des organes d’administration civile et militaire est de facto bloqué» dans cette ville du sud-ouest de la Russie, où se trouve le QG militaire russe de l’offensive en Ukraine.

- Advertisment -